Trafic de migrants : Les mis en cause placés sous mandat de dépôt, leurs avocats dénoncent une série de violations de leurs droits


L’arrestation de 6 personnes dont deux femmes et un agent de police en service à l’Aibd (Aéroport international de Blaise Diagne), dans une affaire de trafic de migrants, est en train de troubler la quiétude de dame justice.

Déférés au parquet ce mardi, l’agent de police P. M. Ndiaye et ses présumés complices ont été finalement inculpés et placés sous mandat de dépôt pour des faits de trafic de migrants, d’association de malfaiteurs et d’escroquerie. Toutes choses qui font qu’ils vont passer leur première nuit à la Maison d’arrêt de Mbour, en attendant de rencontrer une nouvelle fois le juge d’instruction.

Les inculpations des présumés membres du réseau de passeurs démasqué à l’Aibd, la procédure, ainsi que le comportement de l’agent qui a entendu son client, n’ont pas été du goût de Me Mouhamadou Moustapha Dieng, avocat qui s’est constitué pour défendre les intérêts de M. Ndiaye, l’agent de police incriminé. Celui-ci l’a fait savoir de vive voix, au cours d’un point de presse.

‘’À votre réveil, vous avez tous vu les minutes du Procès-verbal d’enquête établi par la gendarmerie de l’Aibd parcourir la presse de notre pays. Or, nous avocats de la défense et même le juge d’instruction de Mbour n’avons pu prendre connaissance du dossier que ce matin vers 10, 11 h. Nous pensons et le nous le disons haut et fort que ceci constitue une énième violation de la présomption d’innocence, des droits de la défense et même du secret professionnel’’, a déclaré Me Dieng pour s’en offusquer.

Une déclaration faite au sortir du cabinet du juge d’instruction Camara, de Mbour qui avait fini de procéder à l'inculpation de son client, l'agent de police P. M. Ndiaye.

‘’Nous avons un certain nombre d’observations à faire. J’ajoute que le procès-verbal qui a été établi de manière contradictoire par la gendarmerie de l’Aibd est entaché de nullité. Parce qu’aucun des avocats constitués pour les 6 personnes qui comparaissent aujourd’hui devant le juge d’instruction, malgré leurs demandes, n’a pu avoir l’assistance d’un avocat. Nous estimons que les enquêteurs ont violé, en l’espèce, de façon flagrante, les dispositions prévues par le règlement 5 de l’Uemoa. Nous allons poursuivre l'annulation de ce procès-verbal jusque devant la Chambre d'accusation. Et nous allons informer le Bâtonnier de l'ordre des avocats de toutes les violations et tous les manquements et le manque de respect notoire qui a encadré ces procédures d'enquête depuis ses premiers balbutiements à l’Aibd et même devant le procureur de la République de Mbour’’, prévient-il.

Au parquet, les avocats de la défense reprochent une attitude qui viole, de manière flagrante, les droits des prévenus. ‘’Je pèse mes mots, le parquet n'a pas collaboré ou, en tout cas, n'a pas été d’un profond respect vis-à-vis du barreau du Sénégal qui est un barreau fort. Nous n’entendons pas être des faire-valoir. Nous le disons haut et fort ! Le paquet de la République est une partie au procès pénal tout comme les avocats. Si nous estimons devoir intervenir dans un procès, nous le ferons en toute responsabilité, en tout respect. Nous exigeons, de la part du parquet le même respect, parce que nous sommes des acteurs essentiels de la justice’’, a confié Me Dieng

Ce dernier de plaider l’innocence de son client dans cette affaire. ‘’Nous allons prouver, contrairement à ce qui a été avancé dans la presse et qui de mon point de vue ne correspond pas à la vérité judiciaire de ce dossier, que P. M. Ndiaye n’a jamais trempé dans des affaires de migrant, ni d’escroquerie. Et que tout ce qui a été rapporté procède, de mon point de vue, d'une vaste manipulation. Et nous allons y mettre un terme en évitant, quand même, les uns et les autres à faire du procès pénal en tout cas dans ce pays qui est un État de droit, un procès où les droits de tous et de chacun seront respectés. Ce qui n'est pas du tout le cas, en l’espèce. Et je le dis surtout à l'endroit des gendarmes enquêteurs mais également à l'endroit du procureur de la République de Mbour qui, de notre point de vue, ne nous a pas permis, nous de défendre nos clients conformément aux dispositions du Code de procédure pénale’’.

Les faits visés sont tout ce qui, selon lui, n’a pas été étayé. ‘’Je le rappelle à l’endroit de tous. Aucun des avocats n’a été à même d’assister les personnes qui sont poursuivies. Ils ont des droits. Ils ont de la famille. On doit les respecter. Pourquoi publier des procès-verbaux dans la presse alors que les avocats constitués et le juge d’instruction qui doit instruire à charge et à décharge n’a même pas encore pu prendre connaissance du dossier. Cela est une violation grave des droits de la défense. Et cela ne doit plus avoir cours dans notre pays, surtout en ce 21e siècle.
L’avocat de la défense qui rappelle que son client et ses coprévenus ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt, a salué le professionnalisme du magistrat instructeur. 

'’Nous estimons que le juge d’instruction a été loyal envers nous. Nous allons continuer la défense des intérêts de nos clients devant la chambre d’accusation parce que nous estimons que les gendarmes n’ont pas procédé à une enquête objective dans ce dossier. Il y a eu violation des droits de toutes les personnes qui sont aujourd’hui, là et qui vont être placés sous mandat de dépôt. Cela est interdit par la loi pénale et par la Constitution de la République du Sénégal’’.
Mercredi 6 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :