Trafic de faux billets monétaires : deux (2) agents immobiliers tombent avec près de 100 000 FCFA en faux billets.

Reconnus coupables du délit de détention et de mise en circulation de faux billets, Mbaye Ndiaye et Assane Dia, à l’issue de leur jugement, ce vendredi, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, ont écopé de 2 ans d'emprisonnement dont 3 mois ferme.


Les prévenus Assane Dia né en 1990 et son collaborateur, Mbaye Ndiaye, âgé de 43 ans sont tous deux (2) des agents immobiliers. Après avoir fait connaissance dans les affaires, les mis en cause ont lié une relation amicale qui, au fil des années, s’est traduite par une parfaite entente qui, malheureusement, va les conduire devant la barre des flagrants délits.

Jugés pour les délits de détention et de mise en circulation de faux billets monétaires, ils ont tous les deux (2) nié les faits qui leur sont reprochés. Appelé à l'interrogatoire, Assane Dia a livré sa version des faits.
« J’ai déboursé 10 000 FCFA que j’ai remis à un vendeur de vêtements pour l’achat de pièces, mais à ma grande surprise, celui-ci m'atteste que le billet que lui ai donné était un faux, j'ai évidemment nié car je ne savais absolument pas que le billet était trafiqué. On s’est immédiatement disputé avec des échanges de propos houleux. Devant la foule qui se massait, il m’a jeté à la vindicte populaire en soutenant devant les gens que j'étais un voleur;  mais craignant un lynchage, j'ai pris la fuite, et c'est par la suite que j'ai été arrêté par les gendarmes », a-t-il expliqué face au juge. 

Le prévenu a, face aux interrogations du président de la cour, chargé son collaborateur, Mbaye Ndiaye.
« Les billets, c’est Mbaye Ndiaye qui me les a donnés. Il m’avait emprunté 50 000 FCFA quelques jours avant mon arrestation en me promettant de me les rallonger à la somme de 100 000FCFA ce qu’il a, effectivement, fait », a expliqué Assane Dia, jurant la main sur la cœur que son ami a abusé de sa naïveté.

Interpellé pour sa part, Mbaye Ndiaye a catégoriquement nié les accusations de son ami en réfutant également lui avoir emprunté la somme de 50 000FCFA.

« Nous nous sommes rencontrés chez moi après une visite immobilière dans différents endroits mais je ne lui ai pas emprunté de l’argent ni donné de faux billets, je lui ai juste remis un billet de 500 FCFA car il n’avait même pas de quoi assurer son transport », dira ce dernier.
Revenant à la charge, Assane Dia qui cherche vaille que vaille à se tirer d’affaire a expliqué avoir d'ailleurs coopéré avec les gendarmes pour aider ces derniers à mettre la main sur son collaborateur.

« Je suis allé chez Mbaye accompagné des enquêteurs. Au préalable, les gendarmes m’ont demandé de l'appeler au téléphone en lui proposant de multiplier 50 000FCFA que je voulais à nouveau mettre à sa disposition. Il m’a personnellement répondu que je pouvais en avoir 100 000 FCFA », a révélé devant la barre le jeune mis en cause, mais son co-accusé a campé sur sa position.

Dans son réquisitoire, le maitre des poursuites a confirmé la détention et la mise en circulation de faux billets de banque à l'encontre des deux (2) prévenus. Il a requis 2 ans dont 3 mois ferme contre les mis en cause. À en croire le parquet, près de 100 000 FCFA ont été retrouvés par devers Assane Dia alors qu'il tentait de prendre la fuite.

Quant à la défense de Mbaye Ndiaye, elle a demandé le renvoi des fins de la poursuite au bénéfice du doute en faveur de ce dernier.
« Aucun élément matériel n’est avancé ici pour prouver que mon client a remis 100 000FCFA à son ami Assane », a expliqué le conseil qui a plaidé pour la relaxe de celui-ci.

De son côté le conseil de Assane Dia a joué la carte de la sincérité dont a fait preuve son client avant d’inviter le juge à faire une application bienveillante de la loi pénale en sa faveur.

« Mon client a fait preuve de bonne foi. Il vous dit qu’il ignorait que son collaborateur lui avait cédé des faux billets et a tenu à coopérer avec les enquêteurs pour que la lumière soit faite dans cette affaire. Ce qui importe ici c’est de laver son honneur, donc donnez lui la chance M. le président de se racheter », a déclaré la robe noire.

Dans son verdict, le juge a requalifié les faits en complicité et a déclaré coupables les prévenus des faits pour lesquels ils sont poursuivis. Ils sont condamnés tous deux à 2 ans d’emprisonnement dont trois (3) mois ferme.
Vendredi 7 Janvier 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :