Thiès : Yaye Fatou Diagne promeut la dimension d'éducateur financier du PROMISE.

Le Programme national de développement de la microfinance islamique (PROMISE) vient de boucler à Thiès sa caravane nationale pour sensibiliser et partager avec les acteurs de développement sur le changement de paradigme adopté par la finance islamique. Ce mode de financement basé sur des principes qui lui sont propres. Le coût global du PROMISE est estimé à 47 milliards de francs FCA étalé sur cinq (5) ans et va démarrer en 2020. Un comité régional de développement (Crd) a été tenu, à cet effet, à la salle de conférence de la gouvernance en présence du gouverneur de région et des acteurs de développement. Ledit Crd a tourné autour de la présentation des missions et stratégies d’intervention du PROMISE envers les SFD et les bénéficiaires finaux, des missions, rôles et stratégies du Fonds d’impulsion de la Microfinance (FIMF) dans le PROMISE entre autres. Face aux taux d'intérêt élevés des banques, la finance islamique, informe la coordinatrice du PROMISE, Yaye Fatou Diagne, va amener un réaménagement. Lequel, devra permettre de retourner à la finance islamique sa dimension d'éducateur financier.


Vendredi 20 Décembre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :