Thiès : Un meurtre, deux versions...


La cité du rail a vécu une terrible nuit, du vendredi au samedi. Un apprenti boulanger répondant au nom de Amar Mbaye Alias Thiam a reçu un mortel coup de pierre au niveau du menton alors qu'il transportait un sac de sel à la boulangerie. Selon les rumeurs, le père de quatre enfants aurait été tué par un certain agent de l'Office central pour la répression des trafics illicite des stupéfiants (Ocritis), El Capo. Mais cette version a été réfutée, car au moment des faits, El Capo aurait été vu en train de contrôler un taximan, M.T, qui avait fait une surcharge de passagers. 
Et, c'est ce même M.T qui se rendra à la Police des Parcelles Assainies pour lui amener son téléphone portable qu'il avait oublié au cours du contrôle. S'y ajoute, nous renseigne-t-on, qu'au même moment, le sieur E.I.N avait été interpellé par les limiers de la Police des Parcelles Assainies alors qu'il détenait par devers lui 500 grammes de cannabis. 
Des jakartamen opposeront un refus catégorique  aux forces de l'ordre qui tenteront tant bien que mal de repousser les assauts des jeunes du quartier Som très remontés contre les forces de l'ordre. Le sieur E.I.N  est actuellement en garde à vue à la Police des Parcelles Assainies.  
Mais la goutte de trop, c'est lorsque Amar Mbaye succombera des suites d'un coup de pierre qu'il a reçu au niveau du menton sur la même avenue alors que les policiers tentaient de faire évacuer E.I.N au commissariat des Parcelles Assainies. 
El Capo serait-il accusé à tort pour la simple raison qu'il est perçu comme étant le tombeur des consommateurs et du dealer de chanvre indien tout comme les autres malfaiteurs qui ne cessent de tomber depuis qu'il a été affecté à Thiès ? 
En tout cas, tout porte à le croire. Seulement, de graves risques pèsent aujourd'hui sur sa tête car, devenu l'ennemi juré des Jakartamen de la cité du rail qui font tout pour avoir sa peau. Le corps sans vie de Amar Mbaye alias Thiam, est actuellement à l'hôpital régional de Thiès. 
Cependant, il sera transporté à Dakar pour les besoins d'une autopsie. En tout état de cause, deux versions des faits sont servies pour expliquer le drame. Ainsi, seule l'enquête ouverte à cet effet pourra édifier sur les circonstances réelles de l'incident... 
Samedi 17 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :