Thiès / Covid-19 et reprise des cours : « Nous y avons mis ce qu'il faut en y allant étape par étape car, la sécurité de nos enfants est au dessus de tout » (Mamadou Talla)


Le ministre de l'éducation nationale, Mamadou Talla était dans la cité du rail, dans le cadre de sa tournée nationale pour constater de visu si tout a été mis en œuvre, pour une reprise qui répond aux attentes des parents, des apprenants mais également des enseignants. 

 

Mamadou Talla s'est dit très confiant du protocole sanitaire mis sur place dès son entrée de l'établissement. Lequel protocole, estime-t-il, permet ainsi de passer à l'aspect pédagogique. Aussi fera-t-il savoir : « à l'instar de tous les pays du monde où tout le monde fait face, je suis fier de voir que le Sénégal n’est pas en reste ».

 

Le ministre de l'éducation nationale est revenu sur l'éducation inclusive qui, selon lui est une réalité à Thiès avec l’Institut national d’éducation et de formation des jeunes aveugles (Inefja). « J'ai remis du matériel et des cours en brailles pour les jeunes apprenants de l'inefja une fois à la maison », a-t-il déclaré, avant de lancer un message à toutes les franges sociales pour une reprise réussie. « Nous voulons lancer un appel à Thiès, un appel aux populations de Thiès, aux parents d'élèves du Sénégal, aux enseignants du Sénégal, aux partenaires sociaux, à la société civile, aux guides religieux, à tous les responsables, à la jeunesse sénégalaise (…) que nous nous sommes décidés, à respecter les décisions du Président, Macky Sall (…) », a lancé Mamadou Talla.  

 

Cependant, les conditions de la reprise en service des enseignants résidant dans des zones éloignées de leurs lieux d'exercice, ont été évoquées, notamment par le ministre en charge de l'enseignement apprentissage qui rassure : « nous sommes en train de travailler sur le plan du transport que nous allons mettre en place pour les ces 19.000 enseignants qu'il faut déplacer à partir du 26 mai. Car, 4794 quitte Dakar pour aller à l'intérieur du pays, 1760 quitte l'intérieur du pays pour aller sur Dakar ». Selon lui, « il y aura assez d'enseignants pour enseigner 15 % de l'effectif global », ajoutant qu’en tant que pédagogue, « nous y avons mis ce qu'il faut en y allant étape par étape parce que la sécurité de nos enfants est au dessus de tout ».

Vendredi 22 Mai 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :