Thérèse Faye Diouf écrit au Président de la République Macky Sall : « le monde éducatif vous sera toujours reconnaissant »


Thérèse Faye Diouf écrit au Président de la République Macky Sall : « le monde éducatif vous sera toujours reconnaissant »
Excellence Monsieur le Président de la République,

Je voudrais tout d’abord vous adresser nos chaleureuses salutations et nos sincères félicitations et remerciements suite au dénouement heureux de la crise qui a secoué nos universités. Nous sommes fiers de votre esprit de grandeur et de dévouement d’apôtre dont vous avez fait montre. Cela en dit long sur votre détermination sans faille à trouver des réponses aux préoccupations des pensionnaires de ces hauts lieux du Savoir. Il est vrai que, durant des semaines, nos universités étaient paralysées. Elles étaient au devant de la scène avec cette situation douloureuse qui a  conduit au décès de l’étudiant Mouhamadou Falilou Sène. Que le Paradis d’Allah soit sa demeure éternelle ! Amine !

Monsieur le Président de la République,

En dépit de cette inflation des tumultes et autres turpitudes qui ont marqué l’espace universitaire, ces derniers jours, le monde éducatif vous sera toujours reconnaissant. Pur produit de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, vous avez su intégrer dans votre champ des préoccupations majeures,  l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants. En toute responsabilité, vous êtes animé par l’unique volonté de faire bouger les lignes. 

Les nombreuses réformes entreprises au sein des universités sénégalaises vont permettre aux apprenants d’être au diapason de la modernité, mais aussi et surtout, de participer pleinement à l’ère de l’innovation qui s’opère partout dans le monde. Vous êtes de ceux qui pensent que le savoir conduit le monde et à ce titre, vous n’avez de cesse d’outiller la jeunesse en "armes intelligentes". Cela coule de source !

Monsieur le Président de la République,

En recevant les étudiants, afin de  trouver, avec eux,  la solution nécessaire à leurs problèmes, vous avez fini d’inscrire votre nom au banquet des «Grands Réformateurs» de notre système éducatif. Vous avez su apporter des réponses concrètes aux sempiternelles doléances comme l’augmentation des bourses entières d’études qui passent désormais de 36.000 à 40.000 F Cfa et de 18.000 à 20.000 F Cfa pour les demi-bourses. A cela s’ajoute, la réduction drastique des tickets de restauration (100 F Cfa pour le déjeuner et le dîner  en lieu et place de 150 F Cfa et 50 F Cfa désormais pour le petit-déjeuner qui était de 75 F Cfa). Nous nous en réjouissons du fond du cœur ! 

Vous vous efforcez tenacement d’apporter des solutions aux revendications de ces alevins de l’intelligence. N’est-ce pas  l’ex-Président Français Charles Marie de Gaulle qui disait : «Ce ne sont pas seulement les machines et les crédits qui font le progrès. C’est avant tout, la valeur des hommes ».

Monsieur le Président,
vous l’avez compris en misant sur le capital humain sénégalais  afin de bâtir l’Emergence.

Monsieur le Président de la République,

Comme vous le savez sans doute, en voulant parler  des conditions  extrêmement difficiles qui  constituaient, jadis, de réelles pierres d’achoppement à la réussite des étudiants, nous ne sommes pas profanes en la matière. Etant ancienne leader du mouvement syndical à l’UCAD, nous ne pensons pas être en terrain inconnu. Combien d’étudiants ont fini par déserter  à cause des problèmes socio-pédagogiques intenables qui, pourtant, les forgent pour leur vie future.

Votre accession à la magistrature suprême, en 2012, a inauguré une nouvelle ère au sein de de  nos universités. Pour rappel, de 1957 à 2012, l'UCAD ne disposait que de 5000 lits. De 2012 à ce jour, grâce aux efforts de votre gouvernement, suivant vos instructions, 5800 lits nouveaux lits ont été enregistrés.  Nous avons également des pavillons dûment livrés dans les  différentes universités du pays. Nous pouvons donc en conclure que vous, Monsieur le  Président, avez su réaliser en cinq années, ce  que les deux défunts régimes successifs ont  fait en cinquante cinq années ! 

Au niveau de nos campus sociaux, (UCAD, UGB), des changements notables ont été enregistrés. Tous les  amphithéâtres ont reçu un véritable coup de jouvence. A l'université de Thiès, notamment, l’hôtel du rail a été réhabilité pour le bien-être des étudiants.  De nouveaux bâtiments pour les UFR des Sciences de l’Education et de la Formation et du Sport et trois autres pavillons viennent d’être mis à la disposition des pensionnaires de l’UGB.

Les ISEP, l’ENO et l’UVS, ainsi que l’élargissement de la carte universitaire, portent l’empreinte du régime de la 2ème alternance politique du Sénégal. Que dire de l’extension notée dans les autres  universités  du pays et les autres, en cours de réalisations, comme celle de Diamniadio qui a pour parrain Amadou Moctar Mbow et celle du Sine-Salou portant le nom d’El hadji Ibrahima Niass ?

Monsieur le Président de la République,

L’adage dit : « Il n’est de plus  sourd que celui qui ne veut pas entendre ». Malgré vos efforts multiformes et  dignes de gloire, des personnes, à la critique facile, s’érigent en idéologues de la médisance pour jeter l’anathème sur  les nombreux acquis historiques à votre actif. Ils n’hésitent  pas  à chausser leurs  bottes de cyniques ennemis du progrès du Sénégal pour occulter vos belles réalisations. 

Vous êtes en train, disons-le sans forfanterie, de MENER LE SENEGAL VERS L’EMERGENCE. Nous saluons le caractère prospectif de vos choix politiques et vous invitons à  avoir comme unique bréviaire, ces propos de l’homme de Lettres Khalil Gibran : « Avance et ne t’arrête point.  Car avancer, c’est aller vers la perfection. Marche sans craindre les épines ou les pierres tranchantes dont est parsemé le sentier de la vie, car elles ne rejettent que le sang impur.»

 

Madame Thérèse FAYE DIOUF,
Ancienne syndicaliste à la FLSH de 2005 à 2008
Coordonnatrice nationale  de la COJER
Directrice Générale de l'Agence Nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout-Petits (ANPECTP)
Mercredi 30 Mai 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :