Terrorisme : le Mali proche d'un accord avec les mercenaires russes du groupe Wagner


Terrorisme : le Mali proche d'un accord avec les mercenaires russes du groupe Wagner
Les autorités maliennes sont proches de conclure un accord avec la société militaire privée russe Wagner, ce qui permettrait à Moscou d'étendre son influence en Afrique de l'Ouest malgré l'opposition de Paris, ont déclaré à Reuters sept sources diplomatiques et sécuritaires. La France, qui a annoncé en début d'été une transformation de ses opérations militaires dans le Sahel et une réduction de sa présence au Mali, a lancé une offensive diplomatique pour tenter de dissuader la junte au pouvoir au Bamako de concrétiser ce rapprochement avec la Russie, ont ajouté les sources.
Selon une source européenne qui suit le dossier ouest-africain et une source proche des services de sécurité au Sahel, l'accord pourrait porter sur l'envoi d'un millier de mercenaires russes au Mali. Deux autres sources ont dit penser que leur nombre serait moins élevé, sans fournir d'estimation chiffrée. Quatre sources interrogées par Reuters ont déclaré que le groupe Wagner serait payé six milliards de francs CFA (environ 9,15 millions d'euros) par mois pour ses services.
L'accord pourrait également garantir à la société russe l'accès à trois gisements miniers, deux d'or et un de magnésium, a ajouté une des sources. Selon une source sécuritaire travaillant dans la région, les mercenaires russes seraient chargés de former les Forces armées maliennes (FAMa) et d'assurer la protection de certains hauts dirigeants maliens, mission qu'effectue déjà le groupe Wagner en Centrafrique.
Reuters n'a pas été en mesure de confirmer ces informations de manière indépendante et le groupe Wagner n'a pas répondu aux demandes de commentaire.
Pour tenter de convaincre la junte de ne pas signer cet accord, la France a sollicité l'aide de certains de ses alliés, comme les Etats-Unis, et envoyé des émissaires à Bamako et à Moscou, ont dit les sources diplomatiques.
Le président français Emmanuel Macron a directement abordé la question avec son homologue russe Vladimir Poutine, selon l'une d'elles. Ni l'Elysée, ni le Kremlin n'ont répondu aux sollicitations de Reuters.
Selon les sources diplomatiques, Paris craint que l'arrivée de mercenaires russes au Mali déstabilise davantage la région et compromette la lutte antiterroriste au Sahel au moment où la France cherche à transformer l'opération Barkhane en coalition internationale impliquant davantage ses alliés européens.
 
 
La présence de mercenaires russes à Bamako remettrait en cause le soutien financier des partenaires internationaux du Mali et la formation de l'armée malienne assurée notamment par l'Union européenne, ont déclaré quatre sources sécuritaires et diplomatiques.
Un redéploiement des soldats français encore présents dans le nord du Mali vers des pays voisins comme le Niger serait également envisageable, ont-elles ajouté.
 
Lundi 13 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :