Tentative de meurtre : Une bande d’ivrognes coupe la jambe de leur protagoniste et risque les travaux forcés


Tentative de meurtre : Une bande d’ivrognes coupe la jambe de leur protagoniste et risque les travaux forcés
La bande à Abdou Khadre Dieylani Mané né en 83, Cheikh Tidiane Sow né en 95 et Saliou Boye risque jusqu’à 20 ans de travaux forcés pour tentative de meurtre sur Abdoulaye Fall, qui se trouve être le fils du président des maures du Sénégal.
Les acteurs dans cette histoire, tous des ivrognes notoires sont impliqués dans une bataille rangée qui a abouti à l’amputation de la jambe de Fall.
 Le 20 juin 2012, les éléments de Keur Massar avait reçu une information sur une agression. Sur les lieux, ils ont trouvé la victime. Au cours de leur enquête, ils ont interpellé Dieylani qui a dit avoir agi par vengeance, soutenant que son neveu Junior avait eu une altercation avec la partie civile qui l'a blessé.
 Sow, l’un des mis en cause, a confirmé avoir été sur les lieux sans toutefois participer à la bagarre qui a opposé Junior, Dieylani et Abdoulaye.  
 Saliou Boye a abondé dans le même sens. Le fugitif Junior Sané et Dieylani ont eu à administrer des coups à la victime. C'est une constance qui a été rapportée par la victime. Devant la barre ce dernier est revenu sur les faits. « J'ai acheté un litre de rosé pour le boire. Mais ils m’ont provoqué. Abdou Mané m'a poignardé au cou et au niveau de mes deux pieds. Il m'a ensuite donné un coup de coupe-coupe qui a sectionné ma jambe et je ne pouvais plus rien faire. Tidiane était présent mais il ne m'a pas donné de coups de couteau. Dieylani par contre m'a donné 2 coups au cou et sous les aisselles ».
 Hamdy Dieng Fall, le père de la partie civile est revenu sur les faits. Selon lui, cela s’est déroulé durant le ramadan. « Quelqu'un m'a appelé pour me dire que Laye mon fils était mort. Sur place, j'ai vu qu'il baignait dans son sang, sa jambe complètement coupée ainsi que sa main. Et je pensais qu'il était mort vu l'état dans lequel il était. Je l’avais marié de force à une femme pour qu'elle s'occupe de lui, vu qu'il est incapable de se doucher ou faire ses autres besoins. Il est né avec un handicap ;il n'a qu'une seule main. Il est mon 2e fils, mais il a fait 3 fois la prison, dont une pour vol. Il n'a jamais manqué de rien et j'ai investi plus de 5 millions pour qu'il réalise ses projets, en vain. Il a de mauvaises fréquentations qui le détournent. »
L’avocat de la partie civile, Me Ibrahima Mbengue, a demandé la condamnation des coupables à la peine que requerra le parquet et l'allocation de la somme de 500.000 frs à la partie civile.
 Le Procureur Saliou Ngom, a laissé entendre que le but des mis en cause n'était pas de tuer mais de donner une correction sévère à la victime. « Là, on est en face de Cbv avec préméditation ayant entraîné une amputation de la jambe. Pour Dieylani, il faut requalifier en Cbv avec préméditation. Pour Boye, la victime a dit depuis l'enquête avoir reçu 2 coups de sa part au niveau de sa jambe gauche et l'homme de l'art en a fait la constatation. Pour Sow, il a été dissuadé par Dieylani qui voulait participer aux faits et la victime a dit n'avoir reçu aucun coup de sa part. Il y a un doute. Il faut requalifier en non assistance à personne en danger et le condamner à 2 ans. Pour Dieylani 20 ans de travaux forcés et Sow à 15 ans de travaux forcés »
L’avocat de la défense, Me Bamar Faye, a plaidé l’état d’ébriété des mis en cause. La seule personne qui a eu à donner des coups à la PC c'est Dieylani, a-t-il noté.  $Il a demandé d'acquitter Boye, et de ne retenir que le délit de non assistance.
 Le délibéré est prévu pour le 16 janvier 2018...
 
 
 
 
 
Mardi 2 Janvier 2018
Dakar actu




Dans la même rubrique :