Tensions scolaires à l’IFE : Le SUDES charge le recteur de l’Ucad et dissèque ses errements.


Considéré comme un univers d’apprentissage tranquille, l'IFE (Institut de français pour les étudiants étrangers), est un établissement d'habitude tranquille que peu de gens connaissent malgré l'importance de son rôle à l'Ucad. C’est en effet un institut qui s’occupe de la mise à niveau linguistique des étudiants non francophones qui arrivent à l'université. Elle fonctionne comme un institut d'université placé sous la responsabilité d'un conseil d'administration qui, entre autres attributs, élit un directeur et un directeur des études que le recteur, président du conseil d'administration, nommera in fine par arrêté rectoral.

Une procédure qui, selon le syndicat unitaire et démocratique des enseignants du supérieur, n’a pas été respectée par le recteur de l’université de Dakar.

Dans un point de presse tenu ce matin, le Sudes dénonce les agissements sans concertation du recteur qui prend des décisions sans consulter le conseil d’administration. Le Sudes  est revenu sur les manquements au niveau de la prise de décisions de l’autorité universitaire.

Une direction illégale, dénoncée 

Depuis le mois d'avril 2021, précisent les syndicalistes, le Recteur Ahmadou Aly Mbaye, a pris sur lui la responsabilité exclusive de nommer un directeur de l'IFE, puis un directeur des études sans en référer au conseil d'administration habilité en la matière. Le prétexte de l'intérim évoqué ainsi en épouvantail pour faire passer ce coup de force administratif, n'est « nullement prévu et organisé par aucun texte de l'IFE. »

Devant cette situation de non-droit, voire de forfaiture, l'USB-SUDES de l'IFE refuse de reconnaître le directeur et le directeur des études illégalement nommés et installés par un recteur qui a choisi d'écraser et de mépriser les collègues placés sous son pouvoir hiérarchique.

Une situation de blocage

La nouvelle « direction jugée illégale et illégitime», se distinguant par la violence de ses méthodes - menaces et voies de fait sur les collègues en pleine salle de cours, organise une délibération du jury d'examen du 1er semestre. Le Sudes a par ailleurs souligné que de toute évidence, le quorum ne pouvait être atteint en l'absence de quatre des huit enseignants (y compris le directeur et le directeur des études) qui se refusaient à participer à une réunion irrégulière et illégale.

Malgré tout, les examens du 2ème semestre ont été organisés par la suite devant le refus des enseignants membres de l'USB-SUDES ne pouvant se résoudre à l'illégalité que constituerait la remise de notes d'un examen à des instances illégales, attendent toujours d'avoir face à eux des autorités académiques légalement instituées et habilitées à cette fin.

D’ailleurs, le Syndicat tient à préciser que même dans les pires moments d'instabilité de l'Ucad, I'IFE avait toujours réussi à mettre en place un calendrier régulier dans le déroulement de ses activités. Bon an mal an, les tests d'orientation étaient organisés dans la deuxième quinzaine du mois d'octobre; les cours commençaient dès après la première semaine de novembre et les résultats définitifs des examens finaux étaient proclamés dans la première quinzaine de juillet au plus tard.

Aujourd'hui, le Sudes faisant partie de la CSA, reste préoccupée par cette situation dans l’université de Dakar, car un retard trop prononcé entraînera la désertion des étrangers qui choisiront d'autres pays pour leur formation, portant un coup sérieux à l'image du Sénégal comme pôle d'excellence universitaire.

Cependant, le syndicat n’exclut pas le dialogue et la concertation malgré cette méthode adoptée par le recteur qui risque de produire des effets destructeurs sans commune mesure.
Mercredi 27 Octobre 2021
Dakaractu




1.Posté par dangeda1 le 27/10/2021 18:07
CETTE DÉCLARATION C'EST DU N'IMPORTE QUOI !

Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :