Télécommunications au Sénégal : une dynamique forte du marché sénégalais, une concurrence faible et une main mise totale de la Sonatel


Un rapport de la banque mondiale intitulé « Sénégal : de meilleurs marchés pour tous grâce à la politique de la concurrence », offre un tableau complet des secteurs économiques, les opportunités qu’ils renferment, mais aussi les principaux goulots d’étranglement à son développement. 
En ce qui concerne le secteur de la

Télécommunication, le rapport révèle « un fort potentiel de marchés plus performants, dominés et concentrés dans tous ses segments de marché par la Sonatel relevant ainsi une faiblesse de la concurrence dans le secteur.  Et ceci malgré la création en 2011 d’un régulateur sectoriel qui est l’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes, ayant autorité sur les secteurs des télécommunications et des services postaux.

Une part de marché supérieure à 90 pour cent pour la Sonatel
La Sonatel, selon le rapport, est présente dans tous les segments de la chaîne de valeur. Elle détient actuellement une licence globale pour exploiter les réseaux de communications fixes et mobiles au Sénégal. (…) De plus, indique le rapport, l’accès à la boucle locale, contrôlé par la Sonatel, n’a pas encore fait l’objet d’un dégroupage (opération technique permettant l'ouverture du réseau téléphonique local à la concurrence). 
 Selon l’ARTP que cite le rapport, la Sonatel exerce une puissance significative sur: (1) les marchés pertinents du segment de la téléphonie fixe, (i) la terminaison d’appel sur le réseau des lignes fixes, (ii) la collecte de trafic sur le réseau fixe, (iii) le trafic national et (iv) le trafic international ; (2) les marchés pertinents du segment de la téléphonie mobile, (i) la terminaison d’appel sur le réseau mobile et (ii) la terminaison d’appel SMS sur le réseau mobile; (3) les marchés pertinents du réseau de transmission de données, (i) l’accès à large bande et (ii) l’accès à la boucle locale; et (4) les marchés pertinents des services de capacité, (i) la location de capacité et (ii) l’accès à la capacité internationale. 
 
Malgré l’entrée d’Expresso sur le marché, la Sonatel détient une part supérieure à 97 pour cent sur le marché de détail de la téléphonie vocale fixe. Même si les marchés fortement concentrés n’impliquent pas nécessairement l’existence d’un pouvoir de marché, une part de marché supérieure à 90 pour cent peut être un premier signal assez fort du pouvoir de marché détenu par la Sonatel.

 
Lundi 2 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :