Taxis moto, clando, marchands ambulants et restaurateurs : secteurs très touchés par le covid-19 à Kolda.


Les secteurs de taxi-moto ou clandestins, restauration et marchands ambulants sont parmi les secteurs les plus touchés par le covid-19 à Kolda. Beaucoup de ces métiers font vivre des milliers de gens et c’est tout une économie qui se cache derrière. Nombreux sont ceux qui exercent ce métier et qui ont vu leur chiffre d’affaires chuter drastiquement, mais les taxis motos restent les plus touchés. 

Pour ces derniers cités, ils ne peuvent plus amener un client vu les décisions prises par le ministre des transports. Désormais, seul le motocycliste a le droit d’être sur la moto et non deux individus. Pour mieux appliquer cette loi, les forces de défense veillent au grain pour ramener à l’ordre ceux qui enfreignent cette règle.

Moussa S., conducteur de taxi moto Jakarta de dire : « aujourd’hui, je ne travaille presque plus. Le métier de taxi Jakarta me permettait d’assurer la dépense quotidienne en l’associant à mon métier de gardiennage. Néanmoins, nous risquons parfois en roulant, des risques énormes comme l’infection au covid-19 ou payer une amende. Si c’est pour sauver des vies, nous sommes obligés de nous y conformer ».

Arpentant les ruelles du marché central et alentours pour vendre, Amadou D. se plaint : « je vends en faisant l’ambulant dans le marché pour gagner ma vie. Mais avec l’arrêté préfectoral fermant le marché à 15 heures, nous avons du mal à joindre les deux bouts ». Comme ses compères, faire du bénéfice est devenu un véritable saut  d’obstacles : « d’habitude je descendais avec plus de 10.000 F par jour. Mais aujourd’hui, nous n’avons que le prix du repas quotidien et nous n’arrivons plus à payer les créanciers et la location de notre habitation », estime-t-il.

Quant à la restauration, beaucoup ont fermé boutique comme Mariama S. qui estime qu’il n’est pas nécessaire d’ouvrir car les clients ne mangent plus sur place. Cependant, Kadidatou D. installée le long du fleuve n’est pas de cet avis : « je cuisine pour mes clients fidèles qui viennent récupérer leurs repas. Mais ce n’est pas facile car nous souffrons des nouveaux horaires. C’est à l’heure où nous accueillons les clients que nous devons fermer. Donc, je fais tout pour préparer avant une heure et livrer les repas avant l’heure de rigueur », défend-elle.

Actuellement, les fouladounabé qui sont dans ces secteurs souffrent, mais en reconnaissant que c’est pour la bonne cause. La santé n’a pas de prix, disent-ils, mais elles veulent une aide de la part de l’État...
Jeudi 9 Avril 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :