TRAQUE DES BIENS MAL ACQUIS - ' Doomi-Rewmi déclare que les sommes recouvrées dépassent largement celles annoncées si on ajoute immeubles et biens saisis '


TRAQUE DES BIENS MAL ACQUIS - ' Doomi-Rewmi déclare que les sommes recouvrées dépassent largement celles annoncées si on ajoute immeubles et biens saisis '
Des sorties de Mimi Touré et du Gouvernement qui ont déclaré et confirmé que la traque des biens mal acquis a permis de recouvrer des centaines de milliards de francs, ''Doom-Rewmi '' ne retient qu'une chose : ''vivement que les voleurs soient tous épinglés sans exception et jugés !'' 

Au terme de sa réunion du jeudi 28 décembre, les leaders de ladite coalition ont jugé urgent et nécessaire '' de clarifier ce débat sur la traque des biens mal acquis '' , estimant que '' la lutte contre l’enrichissement illicite est l’un des points les plus importants du programme du régime actuel. C’était plus une préoccupation populaire qu’une demande sociale, vu le carnage de nos ressources publiques par le régime des Wade ''. '
'Doomi-Rewmi '' de dénoncer l’acharnement de l’opposition et une partie de la mouvance présidentielle contre Madame Mimi Touré avant de se féliciter  de la sortie du gouvernement qui a annoncé que 152 milliards ont été recouvrés dans le cadre de la traque des biens mal acquis entre 2012 et 2015. '' Si on ajoute à ces fonds la valeur des immeubles et biens saisis, les sommes dépassent très largement les montants annoncés par l'ancien Premier ministre. " La coalition exhortera, dans la foulée,  le gouvernement à une reprise sans délai de la traque des biens mal acquis, surtout pour les transhumants qui frappent à la porte de la mouvance présidentielle dans l’unique but d’y échapper.

L'OFNAC, constatent les leaders, qui est un organe de dissuasion contre la délinquance financière et la prévention de la tendance au détournement, est dommageablement plongé, depuis un bon bout de temps, dans une léthargie profonde. ''Ses rapports, disent-ils,  sont parfois contestés par des autorités du régime actuel. Et certaines d’entre elles sont épinglées, mais ne sont pas inquiétées et demeurent à leur poste. A cela s’ajoute, le rapport de 2016 qui n’est pas encore sorti. Ce qui pose l’équation du deux poids deux mesures dans le cadre de la traque des biens mal acquis. ''

Forts de ce constat justement, ils souhaiteront l'accélération des processus pour que l'argent du contribuable Sénégalais revienne dans les caisses du Trésor public.
Samedi 30 Décembre 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :