TOUBA / SG DU RASIAAT DÉNONCE : « l’absence d’huile d’arachide raffinée sur le marché local montre aisément que la campagne arachidière a échoué, cette année »


Entendre le ministre en charge de l'agriculture dire que la campagne de commercialisation de l’arachide 2020/2021 est la meilleure jamais réalisée au Sénégal depuis 1950, a eu le don d'extraire de ses gonds, le Secrétaire Général du Réseau des Acteurs Industriels et Agro-alimentaires de Touba. Ousmane Diakhaté s'étonne davantage quand il l'écoute déclarer que l’État a mis  60 milliards dans la campagne, ce qui a permis aux paysans de disposer de semences de qualité et des intrants, sans compter la subvention pour le matériel agricole et que les huiliers ont des raisons d’être heureux car ils ont collecté 4 fois plus que l’an dernier et le capital semencier est préservé ; c’est à dire l’essentiel.
« Que nenni ! » préférera révoquer Ousmane Diakhaté qui invite le Président de la République à tendre l'oreille aux acteurs qui disent selon lui, « exactement le contraire ».
« Les producteurs ont beaucoup rouspété cette année à cause de la faible production due à l'absence de semences de qualité en abondance, malgré une bonne pluviométrie. Au Sénégal  la distribution de semences ne se fait jamais de façon équitable. Beaucoup de paysans méritants ne bénéficient point de la subvention de l’État pour avoir de bonnes semences. « Bonnes semences » ai-je dit? En réalité, elles sont rarement bonnes à cause d’opérateurs véreux qui profitent du système pour s’enrichir en complicité avec des hauts placés. Ce qui est certain c'est que la campagne a été catastrophique pour les huiliers. Aucun huiler n'a été en mesure de concurrencer les Chinois. Les rares graines collectées sont en réalité destinées à l’export. L’absence d’huile d’arachide raffinée sur le marché local montre aisément que l’huilerie nationale n’a pas fonctionné. Pendant ce temps,  le Ministre de l’Agriculture a choisi de faire appel aux investisseurs étrangers pour triturer notre arachide ».
Ousmane Diakhaté dira quand-même, se réjouir d’avoir remarqué  que Moussa  Baldé a finalement mis un peu de bémol dans ses dernières déclarations  surtout à travers la circulaire numéro 00583 du 23 avril 2021 quand il dit : « Il m’a été signalé l’importation, par des commerçants, dont la plupart évolue dans le département de Mbacké, d’importantes quantités de graines d’arachide destinées à la consommation. Cette situation pourrait tenter certains operateurs semenciers à se procurer ces stocks pour les injecter dans la distribution des semences pour des raisons évidentes de gains, alors que l’on ignore la provenance comme la qualité semencière de ces graines ».
 
Pour le Secrétaire Général du Rasiaat, tout l’échec de la campagne agricole se résume dans cette circulaire. D’abord pour les besoins de sa consommation intérieure le Sénégal importe de l’arachide de la sous-région, ce qui veut dire évidemment que nous n’avons pas eu une bonne production. Ensuite la préservation du capital semencier proclamée et vantée par le ministre n’est pas évidente. Tout cela pour dire que nous n’avons eu aucune raison d’exporter le peu de graines qu’on a pu récolter. La volonté du Président de la République d’atteindre notre souveraineté alimentaire à travers le « produire et le consommer local » en ce qui concerne l’huile est vraiment à notre portée. Il suffit seulement de mettre à contribution nos unités industrielles et artisanales pourvoyeuses d’emplois et génératrices de revenus. Avec la flambée du prix de l’huile importée sur le marché actuellement, dire que l’huile d’arachide n’est pas accessible au consommateur sénégalais n’est qu’une vue de l’esprit et une tentative de décourager une industrie locale en gestation, et encourager l’exportation et la spéculation sur les graines pour masquer les échecs de notre politique agricole, qui de toute façon vont ressurgir un jour. Malheureusement il sera trop tard pour réagir », regrette notre interlocuteur.
Lundi 7 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :