TOUBA / SANS PIÈCES D'ÉTAT CIVIL - Des milliers de Ndongo-daaras sont privés d'un droit fondamental, selon le Président de l'Amicale des Moniteurs des daaras modernes du Sénégal


Dans la perspective de rétablir cette injustice qui est de laisser les ndongo-daara grandir sans problème d'état civil, l'Amicale des Moniteurs des daaras Modernes du Sénégal a décidé de prendre le problème à bras le corps après s'être attaché les services du Hcr et de I'Unicef. À Touba pour '' rétablir dans leurs droits '' 150 enfants, Serigne Khadim Mbacké, Président de la structure,  a rappelé que l'objectif est de toucher 10.000 ndongo-daaras dans un premier jet et exclusivement dans les localités et départements de Mbacké, Diourbel, Tivaouane, Louga,  Malem-Hoddar et Kaffrine.

 '' Nous sommes venus dans le cadre d'une audience foraine. Nous avons une coalition avec le HCR  et l'UNICEF pour enregistrer 1000 ndongo-daaras dans les registres d'état civil. Les moniteurs de daaras dispensent des enseignements-apprentissages dans les daaras dans le cadre d'un programme appelé PAQUET. C'est le programme pour l'amélioration de la qualité, de l'équité dans l'enseignement de base.
C'est leur droit ( à ces enfants)  le plus fondamental d'avoir des pièces d'état civil. Avant de bénéficier des programmes comme le Cmu-daara, il faut nécessairement en disposer ''. 

Serigne Khadim fera aussi part des cas d'apatride qui sont aussi pris en charge. Pour le moment, dit-il, les objectifs sont atteints à plus de 90%.

Pape Mouhamed Diop, Président du tribunal d'instance de Mbacké, qui a pris part aux audiences foraines, ne manquera pas de revenir sur les détails qui conditionnent l'établissement de la pièce d'état civil. Ces conditions sont entre autres, le certifiant de non inscription, la présence de deux témoins qui jurent sur l'honneur de dire la vérité, les tuteurs etc...
Dimanche 23 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :