TOUBA / Pourquoi ceux qui disparaissent "préfèrent-ils réapparaître" dans la cité religieuse ?


 Sadiouka Mbodj 59 ans, principal du CEM Ousmane Ngom de Thiès et ancien professeur d'histoire et de géographie ayant officié au Lycée Malick Sy, porté disparu depuis dimanche, est finalement réapparu à Touba mardi. Avant lui, Coumba Kâne Sarr, habitant Keur Mbaye Fall a été, après avoir disparu pendant quelques jours, géolocalisée par les limiers de la Dic dans la même cité en train de se débrouiller pour rejoindre Dakar. Nous étions le vendredi 17 janvier 2020. Quelques jours plus tard et plus exactement le 10 février dernier, Awa Ndiaye, épouse du célèbre prêcheur Oustaz Omar Ahmed Sall qui avait fugué la veille, a été retrouvée par le « dahira Muqadimatul Khidma » aux abords de la grande mosquée de Touba. À côté de ceux qui disparaissent et qui sont retrouvés à Touba, il y a d'autres personnes recherchées par la loi qui, elles aussi, préfèrent venir chercher refuge dans la cité religieuse de Touba. Un hasard ? Un hasard, qui mériterait en tout cas réflexion...
 
Mercredi 19 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :