TOUBA - Les migrants étalent leurs misères et interpellent l'État sur les difficultés de leurs conditions



La '' Journée internationale des Migrants '' du monde instituée par les Nations-Unies a été célébrée, mardi, à Touba. Un moment solennel mis à profit par les participants pour égrener un certain nombre de doléances et interpeller l'État du Sénégal sur la nécessité de trouver des solutions. Moustapha Fall Mouride Sadeekh qui a parlé au nom de ses pairs, fera d'abord mention des difficultés énormes que rencontrent les migrants retraités pour entrer en possession de leurs pensions. ''  Pour y avoir droit, nous sommes obligés de retourner en Europe tous les six mois. Alors que beaucoup d'entre nous sont vieux, malades et fatigués. La diplomatie Sénégalaise est sollicitée à ce niveau car nous souffrons de ces exigences. C'est bien possible que ces pensions nous soient payées sans que nous ne soyons obligés de retourner aussi fréquemment en Europe. ''

Moustapha Fall Mouride Sadeekh de soulever, par ailleurs,  ce casse-tête que rencontrent les familles de migrants décédés à rapatrier les corps sans vie de ces derniers. ''  N'eût-été le soutien des autorités  et des associations des émigrés, aucune dépouille mortelle n'aurait pu être transportée au Sénégal. l'État doit nous aider car nous voulons tous être inhumés chez nous, à côté de nos parents. ''

Les migrants qui sont sur le point de créer une fédération de toutes les associations créées par eux de manière disparate, invitent les autorités à créer les conditions qui leur permettraient de revenir au bercail et de vivre décemment.
Mercredi 19 Décembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :