TOUBA - Décès de Sokhna Gade Bousso à Fawzeini / L'imam de la grande mosquée prend le contre-pied de son fils va-t-en-guerre.


Quelques heures après les graves accusations portées contre l'hôpital Matlaboul Fawzeini par Serigne Abdou Khadre Bousso à la suite du décès de sa petite sœur Sokhna Gade Bousso, la famille sous le ndigël de Serigne Mamoune Bousso, Imam de la grande mosquée de Touba,  vient de livrer une position nouvelle par rapport à l'affaire.  Autant dire que Serigne Abdou Khadre Bousso a été tout simplement désavoué par son père.

En effet,  dans une nouvelle déclaration faite cette fois-ci par Serigne Moustapha Bousso, fils aîné  de l’mam, la famille a précisé prendre le contre-pied de Serigne Abdou Khadre Bousso qui, dira le porte-parole, a raconté des contre-vérités sur toute la ligne.  "Ce que mon frère a dit est faux du début à la fin. L’Imam m'a chargé de dire tout son satisfecit à l'endroit du directeur de l'hôpital Matlaboul Fawzeini Makhtar Lô et à l'endroit aussi de ses agents qui n'ont ménagé aucun effort pour sauver la vie de sa fille. Il rappelle que le directeur a même été jusqu'à prendre à ses dépens les frais d'hospitalisation. Il nous a aussi affrété une ambulance pour transporter la dépouille de Touba à Darou Moukhty.  Par conséquent, les allégations de mon frère sont regrettables. Au lieu d'attaquer les agents de l'hôpital, mon père nous demande de les remercier profondément.  Nous leur sommes profondément reconnaissants".

Serigne Moustapha Bousso de signaler qu'il ne sera jamais dans les intentions de Serigne Mamoune Bousso de porter plainte contre l'hôpital parce qu’à aucun moment, il n'a été question de négligence.

Interpellé sur ce désaveu, Serigne Abdou Khadre Bousso lancera à Dakaractu-Touba  cette phase : "tout ça, c'est l'œuvre de mon frère."

Sokhna Gade Bousso a passé une semaine à l'hôpital après avoir été brûlée. Les 40% de sa surface corporelle étaient atteints...
Mercredi 27 Mai 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :