TOUBA / 333 OFFICINES CONTRE 33 PHARMACIES - Les populations dénoncent l'illégalité et pourtant s'approvisionnent dans la clandestinité


Dans le dernier décompte officiel fait en 2017, Touba comptait exactement 333 pharmacies clandestines. Autant d'emblée préciser, sans risque de se tromper, qu'il en existe au moins ( entre officines et dépôts) 700 actuellement dans la cité religieuse. À côté de celles-ci se débattent, avec peine,  33 pharmacies légales incapables de résister à l'assaut pour ne pas parler d'agression. Au-delà de la concurrence du fait que les officines vendaient et continuent de vendre leurs médicaments à des prix plus abordables et des fois à crédit, il y a le risque encouru par les populations de tomber sur des médicaments périmés étant donné que ces officines sont, pour l'essentiel, approvisionnées par des canaux frauduleux. À l'image de ce trafic de médicaments de 11 millions de francs Cfa démantelé en 2010 par la gendarmerie de Diourbel. Il s'agissait d'une cargaison de 250 cartons transportés par un véhicule supposé appartenir à la société Ecopharm. Sept ans plus tard, ce sont deux camions remplis de médicaments contrefaits d'une valeur financière d'environ 1 milliard 350 millions de francs CFA.
Dans ce micro-trottoir de Dakaractu à Touba, les populations interrogées sur le phénomène semblent ne guère cautionner l'illégalité, mais sont visiblement tentées de souhaiter l'indulgence envers ces pharmacies clandestines du fait de leur tarification plus légère et de leur capacité à accepter de vendre à crédit.
Mercredi 22 Mai 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :