TER, BRT, Ila Touba, l’ère des périples terrestres bruisse !


L’actualité de ce décennie n’est pas à l’image de celle du siècle passé, enjouée et créative, caractérisée par ces « années aliénées » qui ont illuminé un entre-deux alternances dont la continuité fut aussi tenue que furent farouches ses bornes temporelles. Notre époque aussi pouvait être inepte, mais dans une acception du terme plus dramatique si l’on se place sous l’angle d’un monde concurrentiel d’où chaque contrée  cherche à atteindre ce nouvel eldorado que représentent les infrastructures modernes, cette conquête noble, encore et toujours.

 

Les grandes infrastructures ont depuis la nuit des temps joué un rôle central dans le progrès des pays. Qu’aurait été l’Egypte ancienne sans le vaste système d’irrigation parsemant le pays ? Que serez le commerce mondial sans le canal de Suez et de Panama ?

 

En Afrique et au Sénégal particulièrement, les infrastructures ont profusément été en tare, bravant des faisceaux de désespoirs à notre postérité, dans un monde en infinie chevauchée de désenclavement, chez les populations. L’avènement du Président Macky Sall à la tête de la charge suprême a changé le cours de notre histoire, accolant un présent bâtit et un futur promis illustre. 

 

Les infrastructures, les transports terrestres et le désenclavement ont été le mitan de son exercé. Immense, majestueux et lustraux, voilà trois vocables qui conduisent les oblongs projets du MTTD (MINISTÈRE DES INFRASTRUCTURES, DES TRANSPORTS TERRESTRES ET DU DÉSENCLAVEMENT) et, dont de leur réalisation, dérive l’avenir du Sénégal. 

 

L’autoroute ILA TOUBA qui a été mis en service récemment insuffle un espoir, interpelle et encourage notre futur ; le BRT, la liaison Dakar Tamba et bientôt le TER dressera sa silhouette impérieuse à certaines encablures de Dakar vers Diamniadio pour le bien de tous les sénégalais, faut oser le converser le TER sera plus qu’un train mais un sépia de notoriété complète. 

 

Il fera de Dakar ce que la Tramway a fait de Casablanca (un luxe moderne capable de concurrencer les grandes puissances à l’instar de l’orient Express). Rentables puis opulents dans un ailleurs qui annoncerait une heureuse intégration des populations. 

 

Cette infrastructure rendra les services tant espérés tant il est vrai que la mobilité est devenue un élément impondérable de notre société, une contrainte générée par la volatilité des emplois, le défaut de logements à Dakar et parfois des exigences spécifiques.

 

A nouveau, on peut s’attendre à la création de nouveaux emplois de qualité (10.000 emplois directs), offrant des nouvelles perspectives à des nombreux Sénégalais. Ces projets seront une source de prospérité qui va irriguer de nombreux secteurs et régions du pays. Et ceux-ci tombent à pic, car l’économie mondiale connait une mutation positive pour l’Afrique. Les investisseurs s’intéressent de plus en plus au Sénégal. 

 

Tout cela signifie que nous avons besoin d‘infrastructures dignes de ce nom. Nous ne pouvions pas espérer que notre pays attire des investissements si nos infrastructures de transport semblent tirer d’un film des années soixante. Ce n’est pas une question de prestige, mais de convaincre les investisseurs que nous avons les infrastructures pour soutenir une activité économique intense et moderne. 

 

Le TER, le BRT et dernièrement Ila Touba seront ainsi le voile qui va nous permettre de capter le vent de la prospérité qui s’annonce pour beaucoup de pays africains. Nous pouvons être fiers de la politique du Macky Sall et de son Ministre Oumar Youm. Qui aurait dit il y a cent ans que le Sénégal arriverait à prétendre à des infrastructures aussi impressionnantes ? Est-ce que les anciens auraient cru notre génération capable de réaliser une telle prouesse ? Probablement pas, mais nous devons qu’être plus fiers. Ces projets sont des atouts stratégiques pour notre nation, une épée qui nous permettra de remporter la bataille pour la modernité et prospérité.

Ils impacteront notre pays de manière fondamentale et pendant des décennies voire même davantage.

 

Ibrahima NDIAYE

Ingénieur Commercial

Président du Mouvement des volontaires Pour l’Emergence du Sénégal MVES

Jeudi 28 Mai 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :