Suppression annoncée du poste de Premier ministre : Et si Macky bluffait ?


Contre toute attente, le président Macky Sall a confié à ses proches son intention de supprimer le poste de Premier ministre. Ainsi, le chef de l'État marcherait sur les pas de deux de ses prédécesseurs, à savoir Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf.
L'esprit d'une telle initiative serait de permettre au chef de l'Exécutif d'avoir les coudées franches pour se consacrer au travail. Certes, ce nouveau mandat et le dernier obtenu à l'issue de la présidentielle du 24 février doit être inscrit sous le sceau de l'accélération des grands chantiers. Et c'est s'enlever une épine du pied que d'écarter toute velléité de guéguerre interne autour de sa succession.
C'est dire que le président Sall, pour brouiller les pistes et desserrer l'étau qui s'est renfermé autour de lui ces derniers jours, eu égard à l'appétit que suscite le poste de Premier ministre dans un contexte de succession, pourrait bien lancer l'idée de la suppression d'une telle fonction, le temps de calmer les ardeurs des uns et des autres.
C'est d'autant plus plausible que des bâtons sont déjà jetés dans les roues de Mahammed Boun Abdallah Dionne, or, rien ne justifie son éviction au profit d'un nouveau chef de gouvernement. D'autant que le président lui-même ne semble pas prêt à se séparer de son homme de confiance qui l'a accompagné tout au long de sa carrière d'homme d'État.
Pour le reconduire à la tête du gouvernement sans avoir à fâcher les autres prétendants, Macky Sall, se doit de trouver une tournure bien rodée, surtout que toute action visant à frustrer son entourage pourrait avoir des conséquences fâcheuses lors des locales qui se profilent à l'horizon. Ce qui veut dire que malgré les apparences, le président de la République est dans une position pas enviable. 
Samedi 6 Avril 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :