Soudan / Prix Afrabia de la jeunesse : L’écrivain sénégalais Aboubacar Ndiaye remporte la 3ème place.


Les lettres sénégalaises viennent une nouvelle fois de s'illustrer sur la scène internationale. Après les prix remportés récemment en poésie par Ndiogou Ngningue en Arabie Saoudite et Hamaoullah Sow en Iran, c'est au tour du romancier Aboucabar Ndiaye de remporter la 3ème place dans la catégorie Nouvelle du très sélectif Prix Afrabia de la Jeunesse Arabo-Africaine.
Ce Prix a été institué à Khartoum en 2015 par le Conseil de la Jeunesse Arabo-Africaine, une structure qui fédère des associations de jeunes venant d'un peu partout du monde arabe et de l'Afrique subsaharienne. 
L'objectif étant, entre autres, d'encourager chez la jeunesse arabe et africaine la créativité littéraire et artistique mise au service de  leurs communautés.
Cette quatrième édition a vu la participation de 22 pays arabes et africains et a enregistré plus de 3000 œuvres en compétition réparties en cinq catégories : poésie, nouvelle, beaux arts, musique et le chant, et film documentaire. 
Le lauréat sénégalais est originaire de Kaolack où il fit ses études primaires et secondaires avant de s'envoler pour l'Égypte où il décrocha un diplôme dingénieur agronome. Parallèlement à ses études, il poursuit une carrière littéraire. En 2015, il publie au Caire son premier roman Jarîmah wa lâkin (Un crime mais !) qui raconte une histoire d'amour sur fonds de conflits et de crime. De retour au Sénégal, il publie son deuxième roman Al Hâribât min al Jannah (Les Evadées du paradis) sur le calvaire de trois jeunes sénégalaises qui font la dure expérience de la vie de domestique dans un pays du Golfe. 
La  nouvelle qui a remporté le prix, s'intitule  Bâihat al samak (La vendeuse de poisson) et raconte la lutte quotidienne de survie d'une jeune veuve. À travers cette œuvre, l'auteur rend hommage au combat des femmes africaines.
Cette récompense est d'autant plus importante qu'elle est acquise dans le domaine de la fiction, un genre qui est encore à ses balbutiements dans la littérature sénégalaise arabophone. 
 « La compétition était rude, s'est confié le lauréat,  vu le nombre de pays et de candidats. Rien que dans la catégorie de la nouvelle dans laquelle j'étais inscrit, il y avait 259 candidats. Mais par la grâce de Dieu j'ai été classé troisième ».
La cérémonie de remise des prix est prévue en décembre prochain à Khartoum. Le Premier Prix est dune valeur de 5000 dollars, le deuxième 4000 dollars et le troisième 3000 dollars. 
Selon Dr. Cheikh Mbacké Diop, Aboubacar Ndiaye, tout comme ses devanciers, est membre du Club Sénégalais de Littérature, une organisation très dynamique dirigée par le journalise émérite Fadel Guèye et regroupe la jeune garde des poètes, écrivains et journalistes arabophones d'ici et de la diaspora.
        
    
Lundi 12 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :