Sortie musclée du Cosmar contre le Gouvernement du Sénégal : Les familles de l'équipage du « Grande Nigeria » désavouent Giorgio Blandina


Sortie musclée du Cosmar contre le Gouvernement du Sénégal : Les familles de l'équipage du « Grande Nigeria » désavouent  Giorgio Blandina

Biagio Pasquela Mattera et Paolo Amalfitano du nom des deux membres de l'équipage du « Grande Nigeria », ont bénéficié d'une liberté provisoire. Ils ont été arrêtés dans la foulée de la découverte, le 1er juillet, de 798 kilos de cocaïne dans ce navire Roro de Grimaldi,

Ils ont obtenu cette liberté après que l'armateur italien a donné des gages solides de sa disponibilité à entamer les négociations pour le paiement de l'amende exigée par la Douane dans cette affaire.

 

Leurs avocats ont cru devoir profiter de la nouvelle donne pour réclamer la restitution de leurs documents de voyage. Ce à quoi, aussi bien le juge d'instruction que le procureur ont opposé un niet catégorique.

 

Cette décision ne manquera pas sans doute de faire monter sur ses grands chevaux le Comité pour la sauvegarde de la dignité des marins (Cosmar).

 

Désaveu

 

Au plus fort de cette affaire, cette association dirigée par Giorgio Blandina avait fustigé, dans une lettre adressée au ministre italien des Affaires étrangères, l'arrestation au Sénégal, de l'équipage du navire Grande Nigeria.

 

Dans cette missive, Giorgio Blandina et ses ouailles avaient qualifié le gouvernement sénégalais de tous les noms d'oiseau car ils estiment que les deux citoyens qui font les frais de la découverte de 798 kilos de cocaïne dans le navire qu'ils pilotaient, sont des otages.

 

Toujours dans cette lettre, le Cosmar demandait au gouvernement italien de convoquer l'ambassadeur du Sénégal pour des explications sur ce qu'il appelle une tentative d'extorsion de fonds sur le dos des deux marins italiens.

 

Seulement, cette sortie musclée du Cosmar à travers son Président n'avait pas enregistré l'onction de la famille de Biagio Pasquela Mattera et de Paolo Amalfitano, respectivement commandant et officier en second du « Grande Nigeria ».

 

Les proches de ces deux membres de l'équipage se sont inscrits en faux contre les propos du Cosmar. À les en croire, les deux citoyens italiens, n'ont jamais fait l'objet de chantage de la part des autorités sénégalaises.

 

Quant à l'assistance du gouvernement italien, les familles assurent qu'elle a été constante depuis le début de cette affaire. Elles se sont félicité de la liberté obtenue par les leurs. Si ce n'est pas un désaveu, ça en a tout l'air. Pourvu que ça calme les ardeurs de Giorgio Blandina et ses acolytes... 

Lundi 23 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :