Sortie du ministre de la Jeunesse : Moustapha Koundoul recadre Pape Gorgui Ndong


Monsieur le Ministre,
Nous avons suivi avec attention votre dernière sortie sur la TFM, où vous étiez invité de l’émission hebdomadaire Faram Facce,  animée par le rigoureux Pape Ngagne Diagne. Répondant à la question liée aux principales difficultés rencontrées par les jeunes, vous avez de manière lamentable, essayé de faire passer vos échecs pour des succès. Vous citez  l’éducation, la formation, l’insertion professionnelle, l’enseignement supérieur comme des secteurs où la jeunesse vous a exprimé une satisfaction totale.
Nous ne reviendrons pas sur la quasi-paralysie du système éducatif qui a été sauvé de justesse d’une année blanche l’année passée. Les grèves incessantes des enseignants ont sacrifié nos jeunes frères. Un gouvernement doit respecter ses engagements.
Nous ne reviendrons pas sur la crise actuelle qui frappe l’enseignement supérieur .Les étudiants des universités publiques vivent dans la plus grande précarité, sont affamés puis assassinés et n’espèrent pas des lendemains meilleurs. Ceux orientés dans les universités privées sont renvoyés comme des malpropres ; la faute toujours au gouvernement qui ne respecte pas ses engagements.
Les tensions de trésorerie reconnues récemment par le Ministre Amadou Ba ne sont pas rassurantes et révèlent au grand jour l’inefficacité des choix hasardeux et non-productifs opérés par le Président Macky Sall et son gouvernement. Le Président Madické Niang avait pourtant sonné l’alarme en soulevant des anomalies dans les LFI et LFR 2018 soumises à l’assemblée pour examen et adoption, et avait  en toute responsabilité demandé le retrait et la correction du projet.
Monsieur le Ministre,  la jeunesse du Sénégal, qui préfère risquer sa vie en empruntant les vagues périlleuses de la mer n’est pas satisfaite de votre politique d’insertion professionnelle.
Monsieur le Ministre, vous avez fini par répondre à la question du téméraire Pape Ngagne en affirmant que le manque d’information sur les mécanismes mis en place par l’Etat  était la principale difficulté remontée par la jeunesse. Cette réponse est un véritable aveu d’échec.
Une politique de jeunesse doit être globale, coordonnée et concertée et dépasse même l’action gouvernementale. Les jeunes doivent en être les penseurs, les artisans et les acteurs. D’où vient donc ce supposé manque d’informations dont vous avez faites allusion ? Une politique de jeunesse va au-delà d’une politique d’emploi et une de ses orientations prioritaires doit être la lutte contre l’exclusion sociale. Or le constat est que le peu de fonds alloué à la jeunesse fait l’objet d’une répartition politico-partisane. Il n’y a donc pas en réalité de manque d’informations sur les mécanismes mis en place par l’Etat, mais plutôt une gestion clanique des maigres moyens  mis à la disposition de la jeunesse.
Monsieur le Ministre, la jeunesse ne se retrouve pas dans votre politique d’emploi. Le PSE qui est le référentiel de la politique économique et sociale du Sénégal ne fait aucune référence concrète à la jeunesse dans ses orientations stratégiques. Les 3 axes prioritaires du PSE laissent en rade cette frange importante de la population qui doit être le principal moteur du développement et de  l’émergence.
Nous constatons amèrement que le gouvernement a échoué  à mettre en œuvre une politique cohérente et orientée vers les besoins de la jeunesse. Au contraire, il se donne les moyens d’empêcher aux jeunes le plein exercice de leur citoyenneté en essayant de restreindre les espaces d’expression des mouvements citoyens comme « Y ‘en a marre » que nous soutenons au passage.
L'élaboration d'une politique de jeunesse doit être guidée par des principes et valeurs propres à la société sénégalaise. Le Président Madické en exposant les grandes lignes de son projet de société aux différentes familles religieuses a récemment réaffirmé son ambition de construire une société démocratique qui favorise la participation pleine et entière de ses citoyens, une société équitable et juste sans exclusion sociale avec comme fer de lance la jeunesse et les femmes.
Ce combat est noble et mérite d’être soutenu et c’est pour cela que nous jeunes , avons décidé de porter le projet de société du Président Madické Niang , projet dont nous vous ferons part en profondeur dans les prochaines semaines , et de l’investir comme candidat à la prochaine élection présidentielle Nous lançons donc un appel à toute la jeunesse , à toutes les compétences et forces vices de ce pays pour soutenir le Président Madické Niang  , engager ensemble les véritables réformes structurelles , construire ensemble le pays et abréger la souffrance des  sénégalais.
JUSTICE-EQUITE-TRAVAIL
VIVE LA JEUNESSE
VIVE LE SENEGAL

Moustapha Koundoul 
Coordonateur des Jeunes de « Madické 2019 »
Jeudi 22 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :