Sorti de prison : Khalifa Sall sillonne triomphalement les artères de la capitale


Khalifa retrouve la capitale. L'ancien maire de Dakar, élargi de prison, à la faveur de la grâce présidentielle à lui accordée par le chef de l'État, Macky Sall, il s'est payé un bain de foule du quartier de Rebeuss où est établie la prison la plus célèbre du pays à la Patte d'Oie. 
Sorti de la Maison d'arret de Rebeuss un peu après 20 heures, ce dimanche 29 septembre, Khalifa Sall est aussitôt assailli par ses militants et sympathisants qui faisaient le pied de grue devant le pénitencier. À bord d'une Ford Edge de couleur noire, conduite par son avocat Me Demba Ciré Bathily, l'ancien maire de Dakar, tout de blanc vêtu, servait des sourires à ses inconditionnels en transes, rien qu'à l'idée de le voir sortir de prison. À mesure que sa voiture avançait, d'autres se greffaient au cortège créant dans tous les endroits où il est passé un embouteillage monstre. Les Dakaraois n'ont pas voulu se faire raconter l’événement. Ils sont sortis massivement voir de visu leur ancien édile. De Rebeuss, à la Médina, en passant par Colobane, Hlm ou Grand Yoff, Khalifa Sall a eu droit à un accueil chaleureux. À Colobane, il a du marquer une petite pause pour une accolade avec Mbackiyou Faye, chargé de conduire les travaux de la mosquée Massalikoul Jinaan. Mais s'il ne tenait qu'aux fidèles mourides qui occupent encore les lieux apres son inauguration, Khalifa Sall descendrait de son véhicule et visiterait l'édifice religieux, mais le protocole s'y est opposé pour des raisons de sécurité. À Grand Yoff, Khalifa Sall retrouve son fief. Il est accueilli par des "assiko". L'ancien maire de Dakar est adulé. Depuis Rebeuss, il n'est pas sorti de son véhicule dont les vitres étaient relevés. Mais à Grand Yoff, Khalifa Sall communie avec son "peuple". Le bras droit levé, le poing serré, le candidat recalé à la dernière présidentielle renoue avec les foules des grands jours. Des jeunes bataillent pour le faire descendre du véhicule. Mais la sécurité assurée par la police dit niet. Il s'enquiert de la mosquée dont il est l'un des bailleurs. Il est rassuré. Khalifa avance. Il est attendu aux Parcelles assainies, chez sa mère...
Lundi 30 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :