"Solutions »" de Pastef au Commerce extérieur : Aminata Diatta « Assome » Sonko


En point de presse ce jour, la directrice du Commerce extérieur, Madame Assome Aminata Diatta, est revenue sur le débat national concernant la politique commerciale du Ségal telle qu’évoquée par le leader du Pastef dans son livre “Solutions”.
A l’en croire, Ousmane Sonko ne comprend pas de quoi il s’agit. « En listant les maux de l’économie sénégalaise, monsieur Sonko évoque un désarmement douanier et une absence de protection de l’économie depuis 2000, prétend que la filière volaille court un danger … ». Assome de dire que cette assertion de Sonko soulève la question de la faisabilité, de la véracité des faits et de la pertinence des mesures proposées. Elle avance que l’opposant montre qu’il ne comprend pas les exigences du commerce international en promettant d’utiliser les droits de douane pour protéger l’économie. Assome met le curseur sur les engagements de Sénégal à l’OMC et à la CEDEAO et à l’UEMOA et soupçonne le patron de Pastef de vouloir pousser le Sénégal à quitter ces organisations.

Selon Mme Diatta, le taux de change figure parmi les mesures que monsieur Sonko identifie comme pouvant être utilisées pour booster les exportations sénégalaises. « Utiliser le taux de changer ne suffit pas pour booster les exportations », oppose-t-elle.
De l’avis de Ousmane Sonko, la seule filière où des progrès notables avaient été enregistrés est celle de l’aviculture qui est aujourd’hui menacée avec l’ouverture du marché par le gouvernement aux producteurs extérieurs. Madama Assome, sur ce point, rappelle que l’arrêté ministériel n° 7717 en date du 24 novembre 2005 portant interdiction d’importer des produits de l’aviculture et de matériels avicoles usagers est toujours en vigueur.
Pour dire que Ousmane Sonko s’est fondé sur de simples rumeurs pour étayer son analyse.
Du bien-fondé des appréhensions de Monsieur Sonko sur l’APE, elle prétend que Sonko a pris des positions sur les instruments techniques dont il ne connait ni la définition, ni le sens et encore moins les modalités d’application.
Sur d’autres points importants à savoir l’impact des services sur les autres secteurs de l’économie, des services importants pour la création d’emploi, la directrice du Commerce extérieur parle de « solutions anarchiques » et de « déclarations inexactes ».
Mardi 16 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :