« Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir » (Par Papa Ibrahima Diassé)


Le soleil se lève chaque jour, il l’a toujours fait et continuera de rayonner par ses lueurs jusqu’à la fin des temps qu’importe les éléments qui manquent au puzzle de l’humanité. Tant pis pour nous autres, le soleil est pointé là-haut pour tout le monde, il est là par la volonté de l’Ineffable et son omniprésence est aussi assujettie à l’éternel.
 
Il va continuer de régner et ne cessera d’éclairer et de guider les générations, chacune devant recevoir sa part de clarté pour parer à l’obscurité et aux pénombres provoquées par l’homme, têtu et obstiné, loin de toute foi, enfreignant lois et voies de la nature.
 
Senghor avait-il bien raison de mentionner  dans le premier couplet de l’hymne national du Sénégal : « Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir. » Le soleil en toute évidence éclaire les ombres et vivifie les lumières des cœurs où résonnent à la fois nos émotions et nos passions.
 
Maintenant, là où il faut appréhender le soleil, c’est dans son rôle de bienveillance et sa place dans notre existence, notre évolution et surtout notre progression. Le soleil nous apprend d’emblée la notion de constance par son cycle perpétuel du lever et du coucher.
 
Le premier renvoie au moment où l’astre apparaît à l’horizon et le second à la période où il disparaît derrière l’horizon. Il ne s’agit là, que d’une simple impression, une expression diluée, car le Soleil ne se couche pas en réalité! C’est en tournant sur elle-même que la Terre donne l’impression de mouvement au Soleil. C’est bel et bien la Terre qui tourne autour du Soleil, et non le contraire.
 
Ensuite, il y a la notion de persistance, le soleil est incontestablement roi de la chaleur, il ne procure jamais de fraîcheur. Par contre, il propage depuis la nuit des temps, sa lumière dans les espaces.
 
D’innombrables facteurs déterminant la beauté de cette étoile du système solaire dont nous n’arrivons toujours pas à décrypter avec précision les messages codés qu’il nous transmet tous les jours. Ressemblons au soleil car pour apprendre il faut des fois faire ses propres expériences.
 
Si nous passons la journée sous les chauds rayons du soleil, nous aurons accepté qu’ils nous brûlent autrement, loin de toute ombre. Mais il peut arriver que nous soyons affrontés à ce dicton qui dit que face à l’impossible nul n’est tenu; dans ce cas de figure, nous nous laissons forcément détruire notre optique d’analyse, dans une paralysie du cerveau.
 
Quelqu’un avait exprimé son penchant sur les gens qui n’ont pas besoin d’éteindre les autres pour briller, nous devons tous avoir la même attitude, une noble vertu du Soleil, de sa brillance absolue fait toujours preuve d’humilité, de docilité et d’humanité et je veux être de ceux-là ...
 
Papa Ibrahima Diassé
 

Lundi 20 Août 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :