Situation politique et sociale : Le mouvement j'Aime le Sénégal prend la parole et met l'État devant ses responsabilités.


Le Bureau Politique du Mouvement J'Aime le Sénégal s'est réuni ce Samedi 13 Novembre 2020 pour examiner la situation politique et sociale du pays marquée par la recrudescence du regrettable phénomène de l'émigration clandestine, de la marche historique de protestation des forces religieuses du Sénégal contre l'islamophobie et le recent remaniement du Gouvernement qui impose une nouvelle reconfiguration politique. 

Aujourd'hui toutes les structures mises en place par l'État pour accompagner la jeunesse dans la lutte contre le sous-emploi ont montré leurs limites. Il appartient au Président Macky Sall d'auditer l'efficacité et la pertinence de toutes ces agences de promotion pour l'emploi des jeunes qui peinent à démontrer leur importance ou leur efficacité. Il faut être désemparé et désespéré pour emprunter un navire de fortune et braver les hautes mers vers une destination inconnue. Face à une telle situation le mutisme de l'État ainsi que sa réaction timide inquiète le Mouvement J'Aime le Sénégal...

Le Bureau Politique du J.A.S félicite les forces religieuses du Sénégal qui ont organisé une marche pour protester de manière énergétique à l'instar de beaucoup de pays musulmans contre les propos irrespectueux et irresponsables du Président Macron qui sans scrupules a osé légalisé les caricatures faites à Notre Vénéré et Guide spirituel et temporel Mohamed Aleyhi SALAM. 

Nous rappelons à l'opinion publique que le Président Moulaye CAMARA était le premier à organiser une marche pacifique de protestation contre ces mêmes caricatures suite à l'affaire Charles Hebdo et avait même dénoncé la présence du Président Macky Sall en France...

Le récent remaniement a été marqué par la présence de certains cadres de l'opposition dans le Gouvernement. Le Mouvement J'Aime le Sénégal n'a aucun commentaire à y faire sinon de signaler que les urgences et les exigences du développement du Sénégal sont très fortes. La relance véritable de l'économie après la covid est une belle initiative que ce nouveau Gouvernement doit mettre en œuvre. Il ne suffit pas de dominer le débat, il faut gagner le combat.
Combat contre le chômage des jeunes, combat contre l'analphabétisme, combat contre la destruction de l'environnement, combat contre l'insécurité, combat contre l'anéantissement des libertés individuelles, combat contre les inégalités sociales et territoriales, combat contre les atteintes aux valeurs républicaines et démocratiques.

Tous ces combats sont voués à l'échec si on ne mange à notre faim...
Dimanche 15 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :