Situation exécrable à PCCI : Restés huit mois sans salaire, les travailleurs sollicitent l’intervention du président Macky sall

Dans une lettre adressée au président de la République, les travailleurs du centre d’appel PCCI, contrôlé par Yérim Sow et Abdoulaye Sarré, révèlent leurs conditions inhumaines de travail.


Situation exécrable à PCCI : Restés huit mois sans salaire, les travailleurs sollicitent l’intervention du président Macky sall
«Nous travaillons pour un employeur qui, au mépris de toutes considérations, retient nos salaires depuis huit mois pour certains, cinq mois pour d’autres sans explications autrement qu’il n y’a plus d’argent quand on sait que depuis tout ce temps la société n’a pas cessé ses activités.
Je vous vois étonnés. Il faut comprendre que dans cette société, les salaires ne sont jamais versés au même moment à tout le personnel comme l’exige la loi et l’équité mais selon un système basé sur des considérations purement internes et fantaisistes de la direction et des critères discriminatoires tels que le fait qu’on soit personnel administratif ou technique, conseiller commercial, en CDI, CDD, CEE et même parfois le niveau de salaire », affirme un représentant des travailleurs à l’endroit du chef de l’Etat avant d’enfoncer le clou : « De plus, il n’existe plus d’iPm depuis plusieurs mois encore moins un quelconque système de représentativité du personnel, toute tentative étant systématiquement étouffée par des menaces et intimidations de toutes sortes. aucun dialogue n’a permis quelque avancée que ce soit, la direction brillant par une communication mensongère et des volte-face qui n’étonnent plus personne.
Certains seraient tentés de se dire que tout ceci n’est qu’une affaire purement privée. Peut-être. Mais il convient de souligner que cette société a pour principaux partenaires Orange, Tigo, Expresso entre autres.
Faut-il le rappeler, l’Etat est l’un des principaux actionnaires de orange. De plus, l’Etat accompagne constamment les centres d’appels comme Pcci par toutes sortes de facilités pour encourager l’emploi des jeunes et leur insertion dans le monde du travail afin de soutenir sa politique en matière d’emploi. aussi, le silence de l’Etat face à cette situation nous étonne quelque peu quand on sait l’importance que vous accordez à la jeunesse et à l’emploi dans le PSE. »
« Les partenaires de Pcci sont-ils mauvais payeurs au point que la société ne peut plus s’acquitter de l’obligation la plus élémentaire de tout employeur, payer les salaires. nous ne le pensons pas d’au- tant plus que ces opérateurs se sont par moment défendus - mais très mollement - chaque fois que des agents de Pcci se sont vivement signalés surtout à travers les réseaux sociaux », note-t-on dans cette lettre où on se demande si « l’Etat serait-il devenu aveugle et sourd au même titre que les opérateurs traitant avec cette société au point d’ignorer qu’il s’agit là, nous le répétons, du respect de la loi et de la dignité humaine la plus élémentaire de pères, mères et autres soutiens de familles. »
Mardi 4 Septembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :