Situation en Guinée et en Côte-d'Ivoire : Le PIT/Sénégal se démarque d'un 3ème mandat et appelle les acteurs au calme et à la retenue.


Le Secrétariat du Comité Central du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT-SENEGAL) s’est réuni ce lundi 26 Octobre 2020 sous la présidence de son Secrétaire Général, le camarade Samba SY à l’effet d’examiner un ordre du jour portant, entre autres, sur la situation nationale et les tensions dans la sous-région. 

En effet, les douloureux évènements en cours en Guinée et en Côte-d’Ivoire ont particulièrement retenu l’attention du Secrétariat qui s’y est longuement appesanti, avec la claire conscience que ce qui se passe dans ces pays voisins ne peut manquer, d’une manière ou d’une autre, de rejaillir sur le Sénégal.  

Le Secrétariat du Comité Central considère que, plus qu’un simple passage de témoin au sommet du pouvoir, la dramatique atmosphère qui règne dans ces pays frères relève d’un choc d’intérêts de classes et couches sociales qui n’ont- quant au fond- rien à voir avec le développement de leur pays. Autrement dit, en vue d’assouvir certaines ambitions de classes et couches sociales, des populations sont instrumentalisées par le recours à ce qu’il y’a de plus dangereux pour la paix civile et la stabilité sociale : 
l’ethnie, la région, la religion, en ignorance complète du fait que nos sociétés sont d’un tissu social gélatineux et, qu’à force de trop tirer sur la corde, celle-là risque de casser. 

En Guinée comme en Côte d’Ivoire, l’étincelle qui a mis le feu aux poudres vient de la volonté affichée par les présidents sortants de briguer, contre toute attente, un troisième mandat par le biais d’interprétations contestables de la constitution de leur pays. Une situation d’autant plus inadmissible et condamnable que la tension était déjà perceptible et que tout augurait d’un grand déferlement de violence le cas échéant.

Les partis d’opposition de ces pays n’en sont pas moins responsables de la tragédie se jouant dans notre sous-région. En effet, assoiffés de pouvoir, ils ont été incapables de se rassembler pour barrer la route aux prétendants de ce mandat de trop, comptant naïvement sur la pression que certains « amis » de l’extérieur pourraient imposer aux pouvoirs en place. Ce faisant, ils révèlent eux-aussi le peu de cas qu’ils font de la souveraineté de leur pays et, surtout, leur boulimie d’un pouvoir personnel par lequel ils feraient probablement le moment venu exactement la même chose que ce qu’ils reprochent à leur adversaire du jour… 

Le Parti de l’Indépendance et du Travail condamne les violences suivies de morts d’hommes et de femmes, en particulier d’enfants. En l’occurrence, la responsabilité des présidents Alpha CONDE de Guinée et Alassane Dramane OUATARA de Côte d’Ivoire est au premier chef entièrement engagée. Le PIT demande que cessent immédiatement ces tueries qui relèvent d’un autre âge et qui sèment désolation et malheur dans des familles déjà suffisamment éprouvées. 

Le Parti de l’Indépendance et du Travail considère, plus globalement, que le bon sens doit s’imposer au plus vite chez les protagonistes de ces douloureuses crises politiques, les amenant à s’asseoir autour d’une table et à discuter de toutes les questions importantes pour le devenir de leur pays et de la sous-région. Le Parti d l’Indépendance et du Travail, instruit du fait qu’il est vain d’espérer faire le bonheur d’un peuple sans son implication, condamne toute attitude qui consiste à s’accrocher au (ou à rechercher le) pouvoir par tous les moyens, y compris la tuerie de paisibles citoyens aux mains nues ne demandant qu’à vivre un peu mieux. 

Le Parti de l’Indépendance et du Travail met en garde les forces occultes de tout acabit qui grenouillent dans les arcanes des pouvoirs africains afin d’imposer des hommes et des femmes à leur solde pour faire main basse sur les richesses de nos pays au détriment de nos peuples. Comme beaucoup le savent, ces forces ne sont pas étrangères à certains événements dramatiques ayant cours sur le sol africain. 

Le Parti de l’Indépendance et du Travail appelle toutes les forces progressistes à conjuguer leurs efforts pour que la paix revienne dans notre sous-région déjà lourdement affectée par ce qui se passe au Mali. Il les invite à s’investir autour des véritables enjeux de développement qu’appellent de tous leurs vœux les peuples de la CEDEAO. 

 Dakar, le 26 Octobre 2020
Mercredi 28 Octobre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :