Situation du marché du travail en période de pandémie : Dakar avec le plus grand nombre de licenciements, l'hôtellerie, le transport aérien et la formation, les plus affectés, 60 demandes d'expulsion reçues...


Depuis un peu plus d'un an, le monde traverse une période liée à une crise sanitaire sans précédent. Plusieurs dégâts ont été notés, tant du point de vue politique, social, mais également économique. Cette économie reste à l'agonie à cause de ces restrictions qui ont été posées par les autorités sanitaires pensant à la limitation de la propagation du virus. Il a été question également de mettre en place des mécanismes allant dans le sens de permettre aux entreprises de fonctionner tout en faisant face aux effets de la pandémie.

Dès lors, certaines d'entre ces entreprises ont pris l'initiative de procéder à une réduction du personnel pour réduire les charges.

Dans ce sillage, le rapport 2020-2021 consacré à la situation du marché du travail nous donne quelques chiffres relatifs au licenciement et à la réduction du personnel (chômage technique).

Sous l'impulsion du ministère du travail et du dialogue social avec les institutions, la direction générale du travail et de la sécurité sociale a mis en exergue ces chiffres, notamment sur certaines mesures des employeurs. En effet, il faut le rappeler, l'Article 65 consacre à l'employeur d'interrompre collectivement le travail pour faire face à des situations résultant de causes conjoncturelles ou accidentelles. 

D'après le rapport, les établissements ayant procédé au chômage technique sont au nombre de 428. Mais ce qui attire l'attention, c'est le nombre total d'employés étant mis au chômage technique. En effet, d'après le rapport lu à Dakaractu, 16.517 employés ont été mis au chômage, mais en même temps, on pourra dire que les secteurs d'activités ou encore les établissements ayant procédé à ces arrêts de travail, ont payé le pourcentage de salaire qui est conforme à l'ordonnance N°007-2020 du 08 Avril 2020 aménageant les mesures dérogatoires au licenciement et au chômage en période de pandémie de Covid-19.

Parmi ces établissements, on peut citer entre autres certains secteurs qui ont fortement fait l'objet de remous au niveau des personnels : Il y'a l'industrie alimentaire, avec 104 travailleurs concernés et un niveau de rémunération de 77,5%. L'éducation et la formation, avec 2.091 travailleurs concernés, d'après le rapport venant du ministère du travail. On pourra également signaler des entreprises comme celles liées aux industries des corps gras, des confections, des finances, de l'énergie entre autres.

Selon la répartition des mises au chômage technique, nous avons pu constater les secteurs qui ont été les plus touchés. Parmi eux, l'hôtellerie, qui a vu 5.097 travailleurs et ayant reçu 4,5 mois de chômage et une rémunération de 65%. Aussi, le secteur du transport aérien qui engendre depuis le début de la pandémie de Covid-19, 3. 923 travailleurs au chômage, une rémunération de 55%  en 5 mois. Pour l'éducation et la formation, nous avons, 2.091 travailleurs concernés avec un pourcentage de rémunération de 72% en 5,4 mois.

Ce qu'il faut préciser, c'est que ce constat qu'a fait apparaître ce rapport sur la situation du marché du travail en période de pandémie de Covid-19, les secteurs les plus touchés, sont essentiellement ceux qui montrent le plus grand champ d'activité. Que ce soit l'hôtellerie, le commerce, la formation etc, tous restent donc des secteurs qui, au Sénégal, montrent une grande activité qui profitent bien aux jeunes, aux sénégalais généralement. 

D'après le rapport, les mises au chômage les plus accrues concernent les régions de Dakar, Thiès, Ziguinchor et Fatick. Suivent les régions de Saint-Louis, Kaolack et Kolda.

Par ailleurs, certaines régions vont faire preuve d'une faiblesse de leur taux de chômage. Il s'agit de Matam, Diourbel, Kaffrine et Sédhiou.

Pour nous donner une idée des licenciements opérés en période de pandémie, le rapport établi par l'inspection du travail mettra en évidence certains chiffres qui sont mis à nu par ces employeurs qui ont jugé de procéder à une réduction ou même un arrêt de travail de certains employés. En effet, sur le plan numérique, Dakar détient le plus grand nombre d'entreprises ayant procédé au licenciement. On a 141 entreprises concernées, 762 travailleurs licenciés avec notamment 665 pour motif économique et 110 pour motif personnel.

La région de Dakar est ainsi suivie par celle de Thiès avec 65 entreprises concernées et Saint-Louis, 27 établissements concernés.

Il faut noter que les inspections du travail et de la sécurité sociale ont reçu depuis le début de la pandémie de Covid-19, 60 demandes d'autorisations de licenciement de délégués du personnel, dont 8 autorisées et 52 refusées. Ce qui illustre que malgré la pandémie et ses conséquences, il faut penser à tout faire pour garder son personnel en dépit des difficultés que traversent les entreprises. D'autres part, même si la plupart des employeurs ont respecté l'ordonnance applicable aux effets de la crise, le nombre de licenciés et de chômeurs suite aux effets dévastateurs de la pandémie reste important. 
Vendredi 12 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :