Signature d'un nouveau "Compact" avec le gouvernement américain


Mais où sont passées les plaintes de notre opposition, déposées auprès du Département d'Etat, et du Congrès américains, contre la gouvernance des ressources minières et pétrolières du Président Sall, ses violations des libertés démocratiques, sa chasse à ses "opposants les plus crédibles", et sa gestion patrimoniale, voir familiale des deniers publics du Sénégal?

La signature de ce nouveau "Compact quinquennal pour l’énergie d’une valeur de 600 millions de dollars" est la réponse la plus éloquente des Autorités américaines à ces plaintes..
C'est pourquoi, face à ce désaveu humiliant, cette opposition fait " queue basse", et botte en touche.

Il ne reste plus à cette opposition, que de se cramponner sur leur " prétendu projet de hold up électoral" qui serait planifié et en train d'être mis en oeuvre, pour pouvoir espérer exister encore au niveau international.

Elle sait qu'elle n'est pas arrivée à tromper les Autorités américaines et l'Union Européenne sur ses accusations de "mal gouvernance », et de "violation des droits de l'opposition".

Il leur faut donc, en désespoir de cause, tenter encore de les convaincre avec la prétendue " volonté du pouvoir de voler les élections"!

Elle sait que de telles accusations sont de mode actuellement au vu des nombreuses confrontations, souvent violentes, entre « Pouvoir et Opposition » en période électorale dans plusieurs pays d’Afrique !

Ce faisant, elle espère qu’en accusant le pouvoir du Président Macky Sall d’une volonté de « confiscation du pouvoir par la fraude électorale », et en se mobilisant au tour, les grandes puissances occidentales, sans discernement, vont tomber dans leur piège, construit autour d’affabulations et de fakenews, sur le processus électoral au Sénégal.

D'où leur regroupement autour de la plate-forme " POSE", pour se donner un peu de crédibilité au niveau international, tout en sachant, qu'au pays, le peuple a découvert depuis longtemps leur stratagème pour exister politiquement.

En effet, le peuple sait, que ce regroupement fait autour de ceux qui ont fait régressé le Sénégal par leur gestion des biens publics, et leurs violations répétées de libertés démocratiques, jalonnées, en période électorale, de plusieurs morts d'hommes, sont disqualifiés pour se présenter en " moralisateurs de la gestion des biens publics" , ou en " défenseurs des libertés démocratiques" dans notre République.

Mais, qu’elle sache que, dans leur dernier baroud d'honneur pour exister en perspective de la Présidentielle du 24 février 2019, elle trouvera en face, non pas seulement BBY, mais aussi, tous les autres Républicains et Démocrates dans la société civile qui sont soucieux de préserver le pays, des fossoyeurs de la République démocratique et laïque du Sénégal, et de défendre leur patrie, de prédateurs devenus voraces à l'odeur du Pétrole et du Gaz qui se dégage des entrailles du Sénégal.

N'est pas Républicain ou Démocrate qui veut!

Notre peuple est aujourd'hui suffisamment mur, pour pouvoir faire la distinction, entre l'original et la copie, qui est souvent burlesque et grotesque.

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL.
Dakar le 15 Décembre 2018

 
Samedi 15 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :