Sénégal : Liberté Politique Oui, Liberté Economique Surtout.


Les Sénégalais s'émeuvent de la régression d'un point sur l'indice de Freedom House (www.freedomhouse.org) qui a changé la représentation du pays du vert (libre, score de 71) à la couleur jaune (partiellement libre, score de 70), mais nous demeurons dans le peleton de tête des pays libres sur le plan de la démocratie. Nous sommes cependant en queue de peleton quand il s'agit de l'indice de liberté économique de Heritage Foundation (www.heritage.org). Les baisses de score sur cet indice ne dérangent personne surtout si on se compare aux performances de la Côte d'Ivoire qui s'aligne désormais sur la moyenne mondiale alors que nous avons régressé depuis l’alternance de 2000 en dessous alors que nous étions bien au-dessus.     
 
L'indice de liberté économique évalue l’état de droit qui protège la propriété privée, l’efficacité réglementaire qui facilite les affaires notamment le marché du travail, la taille de l’état et le fardeau fiscal qui politisent l’allocation des ressources, l’ouverture des marchés qui facilite les échanges et la concurrence notamment à travers l’inclusion financière et le développement des marchés financiers. Notre libéralisme semble donc s’être arrêté au niveau politique. Notre manque de liberté économique peut être corrélé à notre pauvreté si on nous compare au monde. Les pays ayant les meilleurs scores dans l’indice de liberté économique sont également les pays les plus riches du monde, y compris émergents. Cette corrélation devrait au moins nous amener à nous poser des questions sur nos options. Tout n'est pas politique et démocratie seulement.

Le Sénégal est un paradoxe où règne la confusion. Avant l’alternance de 2000 nous étions sur une lancée de libéralisme économique après avoir constaté l’échec de toutes les variantes essayées du socialisme. En 1999, après la période des ajustements et la libéralisation nous étions au même score que la moyenne européenne sur l’indice de liberté économique (60.6) et au-dessus de la moyenne mondiale (57.6). Une période de libéralisme économique allait alors s'ouvrir dans la durée suite à la dévaluation qui avait donné un second souffle à notre économie. Le peuple était cependant déjà à bout de souffle, et n’étant pas toujours au fait des enjeux, a réalisé l’alternance pour faire renaître l’espoir. Notre démocratie en est sortie renforcée. La direction du pays avait cependant déjà changé et devait être maintenue avec des réformes notamment monétaires qui étaient déjà dans les tiroirs d’après les protagonistes de l’époque. Ceci devait se faire dans le cadre d’une gestion budgétaire et d’endettement saine pour le bénéfice des populations. Ça n’a pas été le cas.
 
Nous sommes supposés être dirigés depuis 2000 par des libéraux qui se disent du libéralisme social et qui nous ont fait régresser dans tous les principaux domaines des libertés pour nous aligner sur la moyenne africaine (55.7) de l’indice de liberté économique. Nous sommes désormais en dessous des moyennes mondiales (61.6) et des pays d'Asie (60.2) plus libres qu’en 2000 alors que nous étions au-dessus en 2000. La Côte d’Ivoire, l'autre locomotive de l'UEMOA, semble prendre le chemin contraire (50.2 en 1999) se hissant bien au-dessus de la moyenne africaine pour se situer à la moyenne mondiale (61.6) en 2021. Tous ces signaux sont désormais au vert pour une renaissance suite à des législatives inclusives et des indicateurs macroéconomiques (dette surtout et déficit) meilleures que les nôtres malgré la Covid. Il lui reste à mieux s'occuper de sa population et prendre le leadership de la réforme monétaire nécessaire. Une croissance élevée, une volonté de redistribution, et des infrastructures par l’endettement en devises ne sont pas synonymes de bonne gestion. Nous en payons les pots cassés.
 
 
Librement
 
 
Abdourahmane Sarr
Président du CEFDEL
Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp
 
Mercredi 24 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :