Sécurité maritime : La marine nationale fait le bilan des opérations de patrouille dans les zones économiques spécialisées.


Les marines du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau et du Cap-Vert se sont réunies ce matin pour faire le point sur les opérations liées aux patrouilles conjointes dans le but de sécuriser les côtes maritimes. Des opérations qui ont débuté le 20 octobre dernier et qui ont été conduites dans les zones exclusives du Sénégal, de la Gambie et de la Guinée Bissau.

Initiées par la marine nationale du Sénégal, ces opérations ont pour vocation de sécuriser ses côtes en veillant aux activités maritimes qui s’y effectuent. Elles ont pour objectif principal de renforcer les marines pour mieux assurer cette sécurité maritime qui importe pour une bonne gestion de son économie.

Au vu des accords bilatéraux, ces patrouilles contribuent également au renforcement de la coopération régionale. Cependant, pour cette première édition, l’accent a été mis sur les zones économiques spécialisées de la Gambie, du Sénégal et de la Guinée Bissau.

Une opération qui met aussi l’accent sur la lutte contre la criminalité maritime, la sécurisation des zones transfrontalières maritimes, le renforcement technique des pays qui coordonnent cette activité de sécurisation, le développement de capacités et ses connaissances maritimes, l’amélioration des techniques d’investigations par les équipes en mer et la coordination.

Les enjeux de sécurité liés à la mer sont importants pour les pays d'Afrique de l'Ouest. Certes, le continent africain ne représente que 2,7% du trafic maritime mondial, mais le domaine maritime du continent connaît des menaces qui sont susceptibles de compromettre le développement de pans entiers de l'économie des pays et de remettre en cause la stabilité des États.

Les principales menaces constatées en mer ont été la pêche illicite, non réglementée et non déclarée qui fait perdre des milliards de francs CFA par an aux économies des États côtiers,  le trafic de drogue, le trafic d'armes…

Au bilan des opérations, dans la zone exclusive du Sénégal, aucun arraisonnement n’a été signalé. Cependant, en République que Gambie, 12 navires ont été identifiés dont 7 contrôlés par le patrouilleur et 4 navires arraisonnés. Dans la zone de la Guinée Bissau, 23 navires ont été identifiés, mais il n’y a pas eu d’arraisonnement. Pour la Gambie, 12 navires identifiés dont 7 contrôlés et 4 arraisonnés.

L’opération conjointe initiée par la marine nationale du Sénégal qui est la première édition a débuté le 18 octobre 2021 pour prendre fin le 28 octobre 2021.
Vendredi 29 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :