Santé : Un « Docteur Samba » à l’envers !!

L’histoire de Mr Adama Faye est justement le contraire de celui du « Docteur Samba » actuellement en vogue dans la presse et mérite d’être suivie par tous.


Mr Adama Faye, dit Kirsch est un agent du Ministère de la Santé à la retraite, qui se rappelle de son histoire comme dans un rêve : Technicien Supérieur de Santé, Fonctionnaire, ayant été recruté en Mai 1983 comme Docteur Pharmacien par erreur par Le Ministère de la Fonction Publique, Mr Faye, après 3 mois de salaires, est allé au Ministère de la Fonction Publique pour leur demander de rectifier, ce qui a été fait et qui a rétrogradé sa hiérarchie et a diminué son salaire mensuel. Aujourd’hui, après l’histoire du fameux « Docteur » Samba, Doyen Faye, Major Faye, ou Kirsch, comme on l’appelle affectueusement est fier de dévoiler son acte de privation qu’il a toujours caché parce que mal perçu par ses amis et collègues qui n’hésitaient pas à se moquer de lui.

 

Mr Faye : J’ai été recruté dans la fonction publique au Ministère de la Santé et j’ai pris service un certain Lundi 04 Mai 1983. Le recrutement s’était fait en catimini, car après avoir déposé mon dossier de demande d’emploi au building administratif d’alors, j’ai reçu un coup de fil du Cabinet du Ministre de la Santé le surlendemain et dans la même semaine, j’ai été reçu en audience spéciale par Mr Le Ministre de la Santé Feu Mr Mamadou Diop (ancien Maire de Yoff). Les formalités ont été vite faites sur instruction du Ministre et j’ai regagné mon poste d’affectation à l’hôpital Régional El Hadji Amadou Sakhir Mbaye de Louga la semaine suivante. 

 

En effet, le Ministère de la Santé avait besoin en urgence d’un Biologiste pour ce nouvel hôpital que son Excellence Le Président Abdou Diouf venait juste d’inaugurer et mon dossier était arrivé juste à l’heure m’avait-on dit. Je venais juste d’obtenir mon DUT à l’ENSUT, (actuel ESP/UCAD) avec le titre de Technicien Supérieur en Analyses Biologiques. 

 

Après ma prise de service, j’ai été nommé chef du Laboratoire d’Analyses Médicales comme mes homologues dans les autres régions. Je suis resté à mon poste pendant quelques mois sans salaire, le temps que la fonction publique régularise ma situation comme c’est de coutume pour les nouveaux agents. 

 

Après la régularisation de mon dossier, bien que j’avais déposé mon diplôme DUT, je me suis rendu compte que les agents du Ministère de la Fonction Publique s’étaient trompés sur mon cas et m’avaient recruté comme Docteur Pharmacien en hiérarchie A1. Après 3 mois de salaires de Docteur pharmacien, je m’étais décidé à aller à Dakar rectifier l’erreur, car j’étais fier de mon vrai statut, même s’il est inférieur et je ne voulais pas prendre de l’argent indûment. C’est ainsi que je suis venu à Dakar pour l’occasion. 

 

Je suis allé au Ministère de la Fonction Publique, je leur ai déclaré l’erreur et 2 mois après ils ont rectifié le dossier et changé ma hiérarchie, mes bulletins et mon salaire, j’ai commencé ainsi à percevoir mon vrai salaire de Technicien Supérieur de Santé en hiérarchie B2 nettement inférieur bien sur, malgré que j’ai toujours conservé mon matricule de solde 502338/A. 

 

A mon retour à Louga, les premiers amis et collègues à qui j’ai raconté mon histoire m’ont tout simplement insulté : « Connard !! Tu es fou !! Tu es bête !! » me disaient-ils, certains étaient fâchés contre moi, d’autres se moquaient de moi en ces termes : « Yaw Yalla tathioul la té féthio, doto féthiati bomouk !!». Finalement, très gêné, j’ai tu mon histoire mais j’étais fier de l’avoir fait et de m’être ainsi débarrassé de ce fardeau qui pesait sur ma conscience. 

 

Par la suite, l’histoire m’a donné raison car dans les années 2000, la Fonction Publique, pour traquer les fraudeurs a procédé au contrôle de tous les Fonctionnaires de l’État avec présence physique et présentation des diplômes. 

 

Ainsi, j’allais être tôt ou tard détecté et démasqué comme certains fonctionnaires l’ont été cette année là, avec des conséquences regrettables qui allaient sacrifier ma famille. 

 

Par la suite, je peux dire que le Bon DIEU a payé mon acte de privation car en 2004, je suis retourné à l’ESP/UCAD pour poursuivre des études complémentaires et devenir un Ingénieur en Génie Biologique et Sanitaire, ce qui m’a fait rejoindre curieusement cette fameuse hiérarchie A. 

 

Contrairement à ce que mes anciens amis et collègues prédisaient il y a 37 ans, je peux affirmer que « Féthiena bou bakha bakh !!», même après ma retraite en 2018 à l’hôpital Aristide Le Dantec et j’enseigne la Biologie dans les Instituts de formation en Santé.

Une histoire que j’ai toujours cachée à mes proches, mes amis et collègues actuels, ma famille et surtout mes enfants car ils ne comprendraient pas la motivation de l’acte que j’ai fait sans regret et qui me réconforte beaucoup plus à l’heure actuelle, après 37 ans.

Je remercie le Bon DIEU de m’avoir donné cette idée qui m’a permis de faire cet acte de privation qui, sans le savoir a sauvé ma carrière et ma famille.

Lundi 6 Avril 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :