Santé Alimentaire : « 4,1 millions de décès par an dans le monde sont dus à une surconsommation de sel » (OMS)


Santé Alimentaire : « 4,1 millions de décès par an dans le monde sont dus à une surconsommation de sel »  (OMS)
Manger apparaît comme une chose anodine aux yeux de tous, alors que ce besoin primaire de se nourrir de manière saine peut être un paramètre décisif dans la santé en général et la santé nutritionnelle en particulier. Dans sa globalité, le risque de dégradation de l’état de santé d’une personne peut dépendre de plusieurs facteurs et peut être traité sous différents aspects. 

Des entrevues avec des experts du domaine de la santé et des recherches menées en profondeur ont montré in fine que les maladies non transmissibles présentent des caractères qui traînent un risque beaucoup plus accru quant à cette dégradation.

« Focus sur les Maladies non-transmissibles »

Maladies cardiovasculaires, pulmonaires, cancers, hypertension et diabète peuvent être cités comme maladies non transmissibles chroniques (MNT).
Le programme de développement durable à l’horizon 2030 reconnaît les maladies non-transmissibles comme un défi majeur pour la société. Dans le cadre de ce programme, les chefs d’État et de gouvernement se sont engagés au lendemain de la journée mondiale du diabète à monter des actions nationales ambitieuses pour réduire d’ici à 2030, de plus d’un tiers, la mortalité prématurée due aux MNT grâce à la prévention et au traitement.

Le Dr Mayacine Diongue, spécialiste en Santé publique, affirme à ce titre que les MNT sont des maladies de longue durée d’évolution qui constituent un problème de santé publique majeur. Dans un pays comme le Sénégal, l’accès aux structures sanitaires devient dès lors un facteur qui freine le diagnostic de ces maladies. 

Le Dr Cheikh Ndiobo Faye Diabétologue, contacté en ce sens entend miser sur la sensibilisation pour une meilleure prévention contre ces maladies chroniques. Selon lui, la prise en charge ou encore le diagnostic précoce sont des étapes qui peuvent être évitées si un problème ou un phénomène fait l’objet d’une bonne communication. Dans ce cas présent, communiquer équivaut à prévenir et impliquer davantage les acteurs communautaires tels que les badiénou gokh entre autres… 

« Surconsommation de Sel au Sénégal »

Riz, pain, pâtes etc, les ménages sénégalais consomment une grande quantité de sel au quotidien que ce soit de manière brute (sel de table) ou portée à ébullition, d’où la dégradation de la Santé de certains qui quelquefois présentent une intolérance par rapport à des produits utilisés de manière récurrente en cuisine. 

« Tout excès est nuisible », une phrase alarmante remplie de bon sens qui trouve également sa place dans une société où les populations consomment de manière abusive les produits tels que le sel, les stupéfiants (caféine) et les bouillons. Une personne qui consomme du sel au delà de 5 grammes par jour est plus susceptible d’être exposée aux maladies chroniques. Pour plus de precisions, la nutritionniste Ndèye Khady Dia confie alors que le fait de réduire la quantité de sel ne réduira pas la quantité d’iode en terme d’apport de nutriments de le corps humain. 

« Bonne Alimentation, Bonne Santé »

« Les populations doivent avoir conscience qu’elles doivent assurer leur capital santé. Faire la promotion de l’alimentation saine, renforcer la qualité des soins primaires, interdire la promotion de certains facteurs de risque », dira le Dr Tedy Dramé, chef de division de la lutte contre les MNT, avant d’ajouter : « La prévention est souvent heurtée aux réalités socio-culturelles du pays ». Dans les ménages au Sénégal par exemple, si le sel n’est pas fortement présent dans le repas, on raille la cuisinière,  d’où la surconsommation de ce produit.

« Comment éviter les MNT pour vivre mieux? »

Boire au moins 1litre d’eau par jour, manger 5 fruits et légumes par jour, se sentir bien, lâcher prise, savoir reconnaître ses motivations. Au delà de tous ces aspects, privilégier les graisses saines, manger équilibré, éviter la consommation abusive de charcuterie potentiellement cancérigènes, privilégier un sommeil de qualité, faire des activités physiques, sont des mesures préventives reconnues contre les MNT.

Selon l’OMS, que ce soient les maladies cardiovasculaires, le cancer ou le diabète, les MNT tuent chaque année 41millions de personnes, ce qui représente 71% des décès dans le monde. Plus de 85% de ces décès « prématurés » surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Les enfants, les adultes et les personnes âgées sont tous vulnérables aux facteurs de risque, qu’il s’agisse de la mauvaise alimentation, de la sédentarité, de l’exposition à la fumée du tabac ou des effets de l’usage nocif de l’alcool. On impute environ 4,1 millions de décès par an à une consommation excessive de sel/sodium et 1,6 million de décès par an imputable à une activité physique insuffisante. Aujourd’hui, le Sénégal fait partie des pays qui notent une hausse considérable du taux de décès dus aux MNT, un fait qu’experts et professionnels de la santé imputent à une absence d’information par rapport à l’installation de ces maladies chroniques. 
Jeudi 18 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :