Saint-Louis / 80 pêcheurs portés disparus en mer durant 2018 : Un chiffre qui fait froid dans le dos


Les nombreux cas  de disparition de pêcheurs en mer préoccupent  beaucoup les autorités en charge de ce secteur, mais aussi les acteurs  qui exercent ce métier. Dans la langue de barbarie, des statistiques font état d’un nombre qui tourne en 2018 autour de 80 jeunes pêcheurs qui ont perdu la vie en mer. Une situation alarmante qui a poussé l’inspecteur régional des pêches de Saint-Louis à donner son avis sur la question et esquisser des solutions. 

Selon Abdou Aziz Ly, le système de la géolocalisation des pirogues en mer est devenu quelque chose de primordial dans le secteur de la pêche artisanale, c’est pourquoi une phase d’expérimentation a été lancée pour mesurer la fiabilité de cette technologie. Présentement, a t-il expliqué, 15 pirogues de Guet-Ndar ont servi de cobayes et disposent de cette puce qui permet de les localiser une fois en haute mer. Mr Ly de poursuivre que tous ces efforts fournis par les autorités fluviales et maritimes  ont été déployés à l’endroit des professionnels de la pêche pour leur permettre d’exercer en toute sécurité leur activité. 

Selon lui, tout cela repose fondamentalement  sur une réflexion profonde pour mieux cerner la question de la sécurité en mer. Une problématique  interpelle à la fois  les acteurs de la pêche, le pêcheur lui-même, le capitaine, le propriétaire de la pirogue, mais également  les pouvoirs publics en terme d’assistance. L’inspecteur régional  a  aussi fait comprendre que la pêche artisanale a beaucoup évolué et a même surpris de par les performances  qui ont été enregistrées, mais cela n’est pas exempt de risques, à cause de  la taille  et de la confection des embarcations. Ces dernières parcourent de longues distances avec leur charge alors que les conditions requises pour cette activité ne sont pas adéquates. Cet état de fait est une réalité,  mais ce qui est déplorable, c’est que les risques deviennent plus importants dès lors que les pêcheurs et leurs embarcations sont confrontés à des problèmes de changement climatique. Autant de raisons qui, selon lui, nécessitent  fondamentalement l’utilisation de  la pirogue traditionnelle pour parer à toutes les circonstances. L’inspecteur des pêches de poursuivre pour dire qu’aujourd’hui les types d’embarcation employés sont trop grandes et sont trop lourdes pour supporter l’effet des changements climatiques en haute mer. Pour ce technicien des questions de la pêche, la plupart des pirogues ne répondent pas aux normes technologiques à bord.      

Abdou Aziz Ly de signaler  que plus la distance est longue, plus la quantité des prises halieutiques est importante. Toutefois, il explique que si  la durée de la campagne en mer persiste, cela peut à tout moment constituer un danger permanent,  si  on fait face à un  mauvais temps comme la tempête, le brouillard ou même la pluie. En définitive, l’inspecteur des pêches de Saint-Louis invite les pouvoirs publics à revoir le type de pirogues que nos braves pécheurs utilisent depuis la nuit des temps. 
Jeudi 24 Janvier 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :