Saïd Dia, préfet de Vélingara : « Les stratégies ont été multiples et variées en fonction de l’évolution de la maladie… »


Saïd Dia, préfet de Vélingara : « Les stratégies ont été multiples et variées en fonction de l’évolution de la maladie… »
Sur les traces de la covid-19, le préfet du département de Vélingara, Saïd Dia revient sur la situation et la gestion de la pandémie dans le département. Ce département est par ailleurs l’épicentre du coronavirus dans la région de kolda avec 71 cas là où le département de Kolda en compte un qui est d’ailleurs décédé.

Pour le préfet, il était urgent de mettre en place un plan de riposte. « Les stratégies ont été multiples et variées en fonction de l’évolution de la maladie. Depuis nos sept premiers cas, notre première stratégie a été d’abord de sensibiliser les populations pour se protéger contre la maladie. Et ce volet de communication communautaire a été mis en branle pour contrecarrer le virus. Et à cette occasion nous avons eu des résultats, mais également des limites. Ensuite, nous sommes passés à la vitesse supérieure en faisant appel à l’armée, la police et la gendarmerie pour sécuriser les frontières. Ce renfort des forces de défense et de sécurité a permis de circonscrire cette situation. »

Dans cette dynamique, constate-t-il, « malheureusement, un cas importé nous a pris au dépourvu. Et à partir de la détection positive de cas, nous avons pris d’autres mesures en fermant notamment les frontières entre les limites des communes. Et cette situation nous a permis encore de constater une période d’accalmie à partir du 15 mai. Mais malheureusement encore, il y a eu un autre cas. Et automatiquement, il a été isolé et tous ses contacts confinés en attendant le retour des résultats des prélèvements sanguins. »

Actuellement, ces deux cas sont sous traitement au centre de traitement de l’hôpital régional de Kolda.

« Il faut que les populations respectent les mesures barrières. Nous avons constaté un certain relâchement progressif des gestes de défense. Il faut savoir que ce n’est pas une affaire de l’État, mais c’est devenue une affaire communautaire pour se protéger et protéger les autres », conclura-t-il.
Mardi 14 Juillet 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :