SERIGNE FALLOU DIOUMADA : « Annuler pour certains le pèlerinage à la Mecque ne fait qu'affaiblir l'Islam... Le code de la presse est un piège pour les journalistes »


La décision de ne pas laisser les musulmans aller à la Mecque pour les besoins du pèlerinage dans le souci de ne pas laisser la Covid-19 se propager, a eu l'heur de mettre en colère l'Imam de Darou Khadim, à Touba. En effet, pour Serigne Fallou Mbacké Dioumada, erreur ne pourrait être plus grande. "Cela ne fait que réduire les musulmans à leur plus simple expression et surtout va participer à affaiblir l'Islam." 

Pour le chef religieux, l'Arabie Saoudite n'avait guère le droit de prendre cette décision de manière unilatérale alors que ce lieu Saint appartient à tous ceux qui croient au prophète Mohammed ( Psl). 

Serigne Fallou Dioumada de s'étonner que le monde n'a, pourtant, supprimé aucune de ses futilités au moment où les musulmans, dit-il, se mettent à renoncer à certaines de leurs activités religieuses les plus essentielles. 

Toujours dans son "très attendu" sermon, le Mbacké-Mbacké se désolera de remarquer à Touba, la floraison des dahiras alors que l'heure est à la réunion des structures pour des actions plus concertées. "Ces dahiras ne servent qu'à donner des pouvoirs à des gens qui ne veulent pas être derrière  les autres.  Serigne Mountakha a donné le signal en actant la réunification des deux dahiras de Hizbut-Tarqiyyah."

Parlant des hommes politiques, il regrettera que dans un petit pays comme le Sénégal on compte plus de 100 partis et que certains d'entre les leaders aient érigé le mensonge en dogmes. "Si les populations ne croient pas au coronavirus, c'est à cause d'eux. Ils doivent toujours dire la vérité et rien que la vérité".  Il poursuit : "C'est aussi étonnant que quand ils sont dans l'opposition, ces leaders sont dérangés par ce fameux article 80. Cet article cessera de les déranger une fois au pouvoir. Il en va de même de la loi Ousmane Ngom".

Son sermon touchera aussi la presse à  qui le chef religieux donnera un conseil. "Faites attention à ce nouveau code de la presse, c'est un piège. Rien que le mot genre qui y est introduit devrait vous interpeller et vous imposer de plus profondes réflexions. C'est ce code qui vous enverra tous en prison..."
Mercredi 21 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :