SANTÉ ALIMENTAIRE : La mangue, un fruit succulent que devraient éviter les diabétiques. (Expert en diététique)


Kent, boulkodiékhal, séwé, greffal, diegbougatt, toutes sont juteuses et succulentes. La mangue est, en cette période, le fruit le plus consommé dans le pays. Au marché, sur les étalages, dans les coins de rue, on les retrouve partout et à un prix très abordable. Le kilogramme varie entre 500f et 700f selon la zone ou le vendeur. D’ailleurs cela expliquerait le fait qu’elle soit un fruit très convoité de la population.

Cependant, les spéculations sur sa contenance en sucre que développent certains allant jusqu’à en voir un potentiel ennemi pour le diabétique, a suffi pour consulter l’avis d’un expert en diététique pour éclairer notre lanterne sur le sujet.

En effet, le sucre que contient la mangue peut bel et bien contribuer à l’augmentation de la glycémie (taux de sucre) dans le sang, même si l’on tient compte des nutriments, tels que les fibres et les antioxydants, que renferment particulièrement ce fruit et qui ont pour rôle principal de réguler le taux de sucre dans le sang en ralentissant l’absorption.  Un paradoxe, que Abdoulaye Ba, coach en diététique, tente d'expliquer : "selon la chaîne de classification des aliments, la mangue représente un pourcentage de 51% en contenance de sucre. Surtout les mangues, les  plus mûres. » Le spécialiste tient à attirer l’attention des diabétiques, pour qu’ils évitent d’en abuser surtout en cette période de l’année (de juin à octobre) où la production est abondante.

 Ici au Sénégal, beaucoup ont l’habitude d’en manger à souhait jusqu’à ce qu’ils soient rassasiés. C’est le plus souvent autour d’un récipient contenant de l’eau, ou l’on plonge les mangues et top c’est parti, chacun en mange ce qu’il veut jusqu’à épuisement du stock. Une habitude à éviter pour ces diabétiques.  Pour ceux qui ne peuvent s’en passer, Abdoulaye Ba recommande au maximum une seule tranche de ce fruit après chaque repas.

Pour le cas des non diabétiques, la mangue ne représente aucun danger à la consommation, au contraire. Ce fruit aiderait même à lutter contre les maladies cardiovasculaires et le cancer. La vitamine C et le lupéol qu’elle contient diminuent la croissance des cellules cancéreuses, notamment dans le cancer de la prostate, et cela est approuvé par de nombreux chercheurs...

 
Mardi 24 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :