SAINT LOUIS / Crise au Centre Hospitalier Régional : Le Cercle des Associations de malades déclare la guerre aux syndicalistes en grève.


SAINT LOUIS / Crise au Centre Hospitalier Régional : Le Cercle des Associations de malades déclare la guerre aux syndicalistes en grève.
A l’hôpital régional de Saint-Louis, le bras de fer opposant la direction et les responsables des différents syndicats de la structure hospitalière continue de faire l’actualité.

 L’intersyndicale des travailleurs constituée de l’alliance A3S appuyé par les docteurs et médecins maintient toujours son mot d’ordre de grève et   exige  la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Des doléances qui ne militent pas en faveur  des malades de Saint-Louis qui, regroupés derrière un mouvement venu défendre leurs intérêts, interpellent les autorités gouvernementales.

 Ces derniers ont entamé une tournée de sensibilisation sur la situation de l’établissement auprès des autorités et notables de la ville.

A Guet-Ndar où une rencontre été organisée avec les sages de la langue de Barbarie, le président du cercle des associations de malades de Saint-Louis, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour accuser les responsables  syndicaux d’être les auteurs  de cette crise que traverse  le centre hospitalier régional de Saint-Louis. Doudou Diop de poursuivre que les malades de la vieille ville doivent être impérativement pris en charge par les blouses blanches, car ils ont prêté serment pour les assister.

Face à cette situation que traversent les patients, ils ont entamé des visites de sensibilisation et d'information et rencontré les autorités administratives, religieuses et coutumières pour qu’elles militent en leur faveur afin que l’hôpital régional de Saint-Louis retrouve son lustre d’antan.

Dans le même ordre d’idées, les responsables de cette structure  de souligner   que « si les malades continuent de souffrir à l’hôpital de Saint-Louis, c’est à cause des syndicalistes car ils continuent de camper sur leurs positions. » Poursuivant leur logique de guerre, certains n’ont pas manqué  de signaler « qu’à Saint-Louis, les syndicalistes sont facteurs de sous-développement. » 

A l'issue de cette rencontre, les membres de la délégation ont   invité le Premier ministre à prendre des mesures par rapport à de nombreux avantages dont  disposent les syndicalistes  et qu’ils ne méritent pas. Ils ont fait allusion à la ponction de  25% des recettes allouée aux  hôpitaux pour la motivation des travailleurs.  
Mardi 7 Août 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :