Rufisque rouge de colère, le maire de la ville et le DG de l’APIX au banc des accusés...


L’hivernage 2019 restera à jamais gravé dans les annales et dans les esprits des populations  de Rufisque, victime des inondations et de ses corollaires. L’APIX maître d’ouvrage délégué du projet Train Express Régional est en grande partie responsable,  les travaux du TER ont été une catastrophe à Rufisque.

Ces travaux, en aucun moment n’ont fait l’objet d’études sérieuses et concertées par rapport au système de canalisation et d’évacuations des eaux usées et pluviales existant depuis belle lurette dans la vieille ville.
Le canal de ceinture partant du Nord de la ville vers  l’Ouest sur une distance de 2496 mètres  a été obstrué par les travaux du TER à hauteur du quartier de Guendel empêchant aux eaux de pluies  de se déverser correctement sur la mer. Conséquences, d’énormes dégâts au niveau des Quartiers de Diamagueune, Dangou, Diorga et Guendel. Ce manque d’approche technique et sociologique a conduit à ce que nous pouvons déjà qualifier de déluge, Rufisque sous les eaux, des quartiers entiers sont immergés, du jamais vu ! de mémoire de Rufisquois.

 

Victor Fränkel disait :  J’ai appris qu’on n’invente pas sa mission, mais qu’on la découvre. Nul n’a le droit de rester les bras croisés face à ce crime humanitaire, cette humiliation qu’on veut imposer aux populations de Rufisque, ça ne passera pas. Le Collectif Joog Aar Teunghedj  est déterminé à porter la revendication.

 

En préambule des constats nous soulignons avec la plus grande fermeté, la démission de nos élus locaux, les premiers responsables de cette dégradante situation c’est eux. Si ce n’est pour défendre nos intérêts primaires en termes de mobilité urbaine, de sécurité et environnement pourquoi avons nous besoin d’un maire et d’une équipe municipale. Que l’on soit très clair l’argument du budget n’est guère valable dans ce contexte, car dans ce dossier le maire n’avait pas une obligation de résultat mais plutôt il nous devait une manifestation d’engagement en faveur de nos préoccupations. C’est dire qu’en définitive il n’y a pas pas pire supplice que d’être dirigé par ceux là, ils ne méritent pas un mot de plus.. 

 

Que dire de l’APIX et de son DG, lui qui s’est fondu dans des explications pour soulager sa conscience et se dédouaner de son inculture de l’écosystème d’une ville comme Rufisque caractérisée par 14 km de canaux à ciel ouvert dont celui inauguré en 1962 par Mamadou Dia qui reste l’une des plus importantes infrastructures de Rufisque. Le DG ignorait apparemment tout de son sujet , en tout cas concernant le rôle vital et la fonction collectrice de ces canaux principaux et auxiliaires, par conséquent lui également ne mérite plus d’être notre interlocuteur car ne maîtrisant absolument rien du dossier et surtout des dépendances du projet TER à Rufisque. C’est un DG bidouilleur et Rufisque première capitale économique de ce pays ne le compte plus parmi ses interlocuteurs.

 

Nous interpellons directement le Président de la République Macky Sall , tout en plaçant en lui tous nos espoirs, car  la souffrance des Rufisquois n’a que trop duré et pour vous avoir réélu à hauteur de 54,65% nous sommes légitimement des ayants droits et souhaitons juste une chose être traité avec tout le respect et toute la considération nécessaire. La fin des travaux est annoncée dans 2 mois et jusqu’à présent rien n’est entrepris pour faciliter la mobilité des Rufisquois, pas de passerelle alors qu’à l’avant projet il était question d’en mettre à chaque 500 m, plus grave encore les populations seront invraisemblablement amenées à emprunter à pieds le tunnel de la honte sans éclairage ni installation de sécurité. Son excellence nous sommes convaincu que l’Emergence telle que vous nous l’aviez vendue à la veille des élections n’a absolument rien à voir avec ce qui se passe aujourd’hui à Rufisque. Son Excellence permettez moi d’avoir le souci de votre juste gloire et de vous dire que votre étoile, si heureuse jusqu’ici, est menacée à Rufisque de la plus dégradante, de la plus ineffaçable des taches.

 

Au demeurant, C’est avec une véhémente certitude que nous sommes en mesure de dire que ça ne passera pas, Le Rufisquois est En marche et rien ne l’arrêtera car les populations sont aujourd’hui conscientes de la nécessité d’un engagement citoyen et responsable , conscient qu’il leur faut prendre les armes dans la légalité constitutionnelle pour exiger tout le respect qui nous ai dû. Rufisque telle que nous la connaissions, une ville idéaliste, inventée pour bannir la lutte des ambitions et instaurer la suffisance comme bouclier contre le soulèvement des peuples meurtris et abandonnés à leur propre sort, c’est fini ! Tous debout !

 

                                                                                                                                                                              Le Coordinateur du Collectif Jogg Aar Teunguedj

                                                                                                                                                                                               Abdou Lahad DIAKHATE

 
Samedi 14 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :