Retard dans la confection des tenues scolaires : L’UFATEX se lave à grande eau et situe les responsabilités


Les industriels et artisans du secteur de la confection victimes du retard du Programme des tenues scolaires, pointent le doigt sur les erreurs graves commises dans le pilotage du projet et rejettent en bloc les explications de M. Saloum Ndiaye du Ministère de l’Artisanat.
Regroupés au sein de l’Union des Fédérations et  Associations des Artisans et  Industriels du Textile du Sénégal (UFATEX), ces derniers, dans une note parvenue à Dakaractu,  estiment qu'Ils ne peuvent être nullement tenus responsables des difficultés découlant d’un dispositif opérationnel auquel ils n’ont pas été associés et dégagent toute responsabilité dans les actes et décisions qui sont à l’origine du retard du Programme. En effet, selon les membres de l'UFATEX, les difficultés auxquelles le Ministère de l’Artisanat s’est heurté, sont à chercher plutôt du côté de l'Administration qui serait sortie de sa mission fondamentale. Sur les délais d’approvisionnement en tissu évoqués par le ministère de l'artisanat, l'UFATEX tient à préciser qu'ils ont fait le choix d’utiliser un tissu (Popeline) qui malheureusement n’est pas produit au Sénégal et qui n’est pas disponible dans le pays. Pour en trouver 4 millions de mètres linéaires, il n’y avait qu’environ 500.000 mètres linéaires disponibles sur le marché du Sénégal. Ces difficultés sont à rechercher, selon les artisans, dans les difficultés en terme de transit international, liées au Covid-19 qui ont retardé l’accès à cette matière première.
Pour montrer leur engagement, les artisans, selon la même source, dès le lancement du projet, se sont réunis pour créer une association dénommée Union des Fédérations et Associations des Artisans et Industriels du textile du Sénégal (UFATEX).
L’UFATEX associée au démarrage du programme, a eu à apporter son expertise, contribuer à l’élaboration du cahier des charges et à donner ses avis et recommandations sur les mécanismes de mise en œuvre du Programme. À cet effet, d'après le communiqué, l'UFATEX a mobilisé les acteurs pour accomplir les formalités d’inscription fixées par l’Administration auprès des préfectures départementales dans un délai de 15 jours sans aucun accompagnement du Ministère de l’Artisanat. Ainsi "l'UFATEX s’est pleinement préparée à la réalisation de ce programme, notamment en encadrant ses membres dans l’acquisition de nouveaux équipements et en anticipant dans la formation et la production des tenues scolaires. D’ailleurs certains de ses membres détiennent à ce jour des stocks importants de tenues confectionnées. Les artisans ayant déposé leurs dossiers ont ouvert des comptes bancaires et supportent depuis plusieurs mois les frais de tenue de compte, et dans certaines localités (Saint-Louis par exemple), les acteurs se sont regroupés depuis plusieurs mois, pour louer un local pouvant accueillir plusieurs machines", informe la note.
D'après l'UFATEX, "le retard du Programme des tenues scolaires a causé un grand préjudice aux artisans et industriels. Tous s’étaient mobilisés pour relever le défi de la production des tenues dans les meilleurs délais possibles sur l’étendue du territoire en créant UFATEX. Le Comité de Pilotage (Ministères de l’Éducation, de l’Artisanat, DER, …), gagnerait à faire preuve d’un esprit d’ouverture et de franche collaboration avec tous les acteurs concernés, au lieu de chercher à masquer des erreurs flagrantes, en incriminant une corporation victime de leurs erreurs. Si chaque Partie prenante au projet était restée dans son domaine de compétences, les tenues scolaires auraient été livrées à bonne date" conclut la note...
Vendredi 25 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :