Ressortissants Sénégalais en situation irrégulière en Allemagne : Les concernés attendaient un “discours guerrier” de Macky Sall devant Angela Merkel


La situation des immigrés clandestins sénégalais en Allemagne a été abordée lors de la conférence conjointe animée par le président du Sénégal et la chancelière allemande au Palais de la République. 
Mais le discours du chef de l'État sénégalais n'a pas répondu à l'attente des concernés. En effet, interpellé sur la question, Macky Sall s'est reporté à la décision des autorités allemandes quant au sort de ses administrés qui ont pourtant sollicité son aide pour rester en Bavière. “Nous attendions du président un discours guerrier mais nous avons constaté qu'il est passé à coté”, se désole un des ressortissants sénégalais contacté par Dakaractu.
Pourtant l'argument de l'asile politique qu'ils brandissaient jusqu'à un passé récent n'est pas béton si l'on se fie au statut de leur pays. Un pays stable politiquement, ses ressortissants ne peuvent par conséquent invoquer la persécution pour bénéficier d'un  asile politique. M. Diouf acquiesce. Mais notre interlocuteur s'empresse de préciser que “c'était un prétexte pour nombre d'entre nous de pouvoir s'établir dans ce pays”. “Et force est de constater qu'on n'a jamais été inquiété par les autorités allemandes jusqu'à ce que nos autorités tiennent un autre discours auprès de leurs homologues allemandes”, s'insurge-t-il.
Pour lui, la question des immigrés sénégalais en situation irrégulière en Allemagne a été politisée. “Dès lors, fait-il noter, nous sommes sacrifiés sur l'autel de la préservation de l'image du Sénégal à l'extérieur”. “Depuis, nous sommes surveillés comme du lait sur le feu et chacun de nous risque d'être rapatrié du jour au lendemain. D'ailleurs, il y a déjà eu des déportations. Des ressortissants sénégalais ont été surpris dans la rue et mis illico presto dans un avion, direction Diass. Qui plus, c'est souvent des arguments fallacieux qui accompagnent ces agissements”, vitupère M. Diouf. “Même le mariage encore moins le lien de sang ne sont plus protecteur dans ce pays. Nous sommes souvent convoqués par les autorités allemandes sous le prétexte qu'elles détiennent par devers elles nos données personnelles. Et c'est le gouvernement du Sénégal qui les leur a remises”, enchaîne-t-il.
Il demande au gouvernement sénégalais de “protéger davantage ses fils comme le font les Français et les Américains”. “L'Allemagne a besoin de nous comme nous avons besoin d'elle”, explique M. Diouf. 
A l'occasion de la conférence de presse d'hier, le président Sall est revenu sur les mécanismes mis en place pour booster l'entrepreneuriat libéral. Il a ainsi cité la Délégation de l'entrepreneuriat rapide portée récemment sur les fonts baptismaux. Mais l'immigré sénégalais établi en Bavière depuis 2013 le met dans le lot des “promesses de politicien qui ne convainc même pas son auteur”. “Si c'était vraiment avéré, tous les sénégalais qui ont été rapatriés des États-Unis et de la Libye ne pataugeraient pas dans des difficultés au Sénégal”, conclut-il.
Jeudi 30 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :