Requête après l'adoption du parrainage : Idy disqualifie la justice et l'Assemblée nationale et jette son dévolu sur la CEDEAO

L'adoption du parrainage par l'Assemblée nationale a fini de convaincre Idrissa Seck qu'il n'a plus de raison de faire confiance au parlement. Le leader de Rewmi qui met dans le même sac la justice, a décidé de saisir la CEDEAO pour attaquer le projet de loi entériné par les députés ce jeudi 19 avril.


Adoptée jeudi 19 avril, la loi sur le parrainage est loin d'être effective et pour cause. Un leader de l'opposition a décidé de la traquer jusque dans ses derniers retranchements. Idrissa Seck, puisqu'il s'agit de lui, a annoncé son intention de faire un recours auprès de la CEDEAO pour faire annuler cette loi qu'il juge anticonstitutionnelle. Selon Idy, l'article L57 introduit dans la modification de la constitution est discriminatoire. L'article en question dispose que tout sénégalais électeur peut faire acte de candidature et être élu, sous réserve des conditions d'âge et des cas d'incapacité ou d'inéligibilité prévus par la loi. Si le leader de Rewmi a décidé d'ester devant la CEDEAO et non devant les institutions habilitées au Sénégal, c'est parce qu'il juge ces dernières inaptes. "Les pouvoirs législatifs et judiciaires ne sont pas dignes de confiance. Ils ont courbé l'échine devant Macky Sall. Il n'y a plus de République au Sénégal", se convainc Idrissa Seck qui espère qu'en saisissant la CEDEAO, il obtiendra gain de cause. Il fonde son espoir sur la décision rendue par l'institution sous régionale en faveur de requérants burkinabé. Dans cet élan, le leader de Rewmi compte enregistrer le maximum de soutien. C'est pourquoi, Idrissa Seck a invité tous les leaders de l'opposition à faire bloc pour tourner en dérision Macky Sall et son régime devant la CEDEAO. En outre, l'ancien premier ministre annonce des missions "diplomatiques" auprès des ténors de l'opposition pour les enrôler dans cette perspective. 
Vendredi 20 Avril 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :