Reprise des cours : « Ce qui s’est passé au terminus de Liberté 5 est déplorable…. Il faudrait que l’État arrête son cinéma » (Abdou Faty, SG SELS/A)

La mobilité est une faille dans le dispositif mis en place par le MEN pour la réouverture des classes. Ils sont au nombre de 19 000 enseignants à reprendre les chemins de l’école, « au moment où ils peinent à avoir la bonne information sur les mesures d’accompagnement. Ce qui s’est passé hier au terminus de Liberté 5 est déplorable. C’est une image déplorable car ce sont les enseignants qui doivent apprendre aux élèves la distanciation. Beaucoup de problèmes ont été notés hier car l’organisation a été désastreuse », selon Abdou Faty, le SG de SELS/A. Avec ces couacs qui ont été notés, le doute s’installe dans le milieu éducatif, « on n’est pas rassuré. Nous n’accepterons pas à la pratique comme ici à Rufisque dans certaines écoles qui ne sont pas désinfectées. Nous n’accepterons pas d’enseigner dans ces écoles, ni de recevoir des enfants qui n’auront pas des masques, de travailler dans des écoles où il n’y a pas de lave mains, ni de gel. Il faudrait que l’État arrête son cinéma », ajoutera-t-il. Ces enseignants qui exercent dans des localités lointaines du pays risquent d’être victimes de stigmatisation. Selon le SG de SELS/A, « ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire risque de se produire dans notre pays. Les enseignants ont été victimes de cette situation car des élèves ont été contaminés et les autorités ont été obligées de retourner les enseignants qui venaient d’Abidjan, une zone très contaminée par la pandémie. Des Maires ont émis des réserves et leurs inquiétudes sont légitimes »…


Mercredi 27 Mai 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :