Rentrée scolaire 2020-2021 : Le secrétaire général du Cusems/Authentique, Dame Mbodj, annonce une année scolaire houleuse, si l'Etat ne respecte pas ses engagements...

À trois jours de la rentrée des classes, les syndicalistes menacent de déterrer la hâche de guerre. Ainsi, le Secrétaire général national du Cusems/Authentique joint au téléphone par Dakaractu, exige que le président de la République enjoigne le gouvernement à respecter les accords déjà signés afin d’assurer une année scolaire paisible. Toutefois, Dame Mbodj promet de déposer un préavis de grève après avoir étudié et analysé la situation, les jours à venir.


L’année scolaire 2020/2021 se profile à l'horizon et sera fortement marquée par les impacts de la crise sanitaire. Les organisations  syndicales affûtent leurs armes pour que leurs doléances soient satisfaites par le gouvernement. Le Secrétaire général national du Cusems/Authentique Dame Mbodj, pense que l'année scolaire à venir s'annonce et que les autorités ne manqueront pas de poser des actes allant dans le sens d'améliorer les conditions des enseignants.

 

« Les gens sont inquiets pour la stabilité du système. Depuis plus de 20 ans, notre système d’enseignement est secoué par des crises et des perturbations. Il y a des grèves cycliques qui sont notées. Le gouvernement et les enseignants ne s’entendent pas sur l’essentiel », a noté Dame Mbodj, qui souligne que pour réussir une année scolaire apaisée, nous avons un ensemble de facteurs à remplir. Selon lui, aujourd’hui, le gouvernement qui est le principal responsable et garant de la stabilité de notre école, doit jouer sa partition. « Nous avons signé un accord avec le gouvernement depuis 2014 concernant la question liée aux lenteurs administratives. Il y a des enseignants qui ont attendu 8 ans sans avancer. Parce que les actes d’avancement tardent à sortir. Et, quand l’État bloque les rappels, les impôts augmentent de façon exponentielle. Ce qui veut dire qu’on soutire de l’argent aux enseignants », a-t-il dénoncé.

 

Poursuivant son argumentaire, Dame Mbodj a également relevé que le gouvernement avait étudié le système de rémunération avec le cabinet ‘’Ngp Afrique’’. Et, depuis 5ans, dénonce-t-il, les résultats du cabinet ont été mis sur la table du président Macky Sall. « Il ne fait que tergiverser. Et, il avait pris l’engagement avec son gouvernement d’ouvrir des négociations inclusives pour remettre à plat le système de rémunération et corriger les injustices. Ce qui n’a pas été fait jusqu’à présent », a martelé le Sg du Cusems/Authentique.  

 

Aussi, il a dénoncé le fait qu’il y a des enseignants qui sont en chômage pour la première fois dans l’histoire du Sénégal. Le Chef de l’État, explique-t-il, forme des enseignants sortant de la Fastef depuis 2013 et les met en chômage. Ce qui est inédit. Pour le syndicaliste si le président Macky Sall veut aller à une année scolaire apaisée sans perturbation, sans grève, il va falloir respecter et matérialiser les accords au lieu de continuer à faire du bavardage.

 

Toutefois, il promet de déposer un préavis de grève après avoir étudié et analysé la situation pour montrer au gouvernement qu’il n’a pas respecté ses engagements. À cet effet, le syndicaliste exige au président de la République d’instruire clairement le gouvernement de respecter les accords signés, si on veut avoir une année scolaire paisible, sinon nous allons déterrer la hache de guerre », a-t-il souligné.  

 

Covid-19/1000 milliards: Les enseignants laissés en rade

 

Par ailleurs, le Sg du Cusems/Authentique a dénoncé avoir été laissé en rade par les fonds débloqués par la lutte contre la Covid-19. Selon Dame Mbodj, les 1000 milliards que le Chef de l’Etat avait mobilisés avaient été distribués dans tous les secteurs sauf dans celui de l’éducation. Malgré tous les sacrifices que les enseignants ont eu à faire pendant cette période de Covid-19... 

Lundi 9 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :