Rejet du parrainage par la Cour Suprême de la CEDEAO : « L'opposition compte attaquer le second mandat de Macky Sall »


Après le recours déposé en Décembre 2018 par le leader du parti Union Sociale Libérale, Me Abdoulaye Tine pour l’annulation de la loi sur le parrainage, la cour de la justice de la CEDEAO vient de statuer sur ce recours. En effet, l’institution sous régionale demande à l’État du Sénégal de retirer cette loi « avant les six mois qui suivent». Une information confirmée par le dépositaire de ce recours, Me Abdoulaye Tine joint au téléphone par Dakaractu depuis la capitale française où il séjourne présentement.

« Effectivement, c’est la cour de justice de la CEDEAO qui a rendu ce verdict en demandant à l’État du Sénégal de supprimer cette loi. Nous avons été informés que c’est l’Union sociale libérale qui a gagné, comme quoi Macky Sall a six mois pour retirer cette loi sur le parrainage. Mais je dis est-ce qu’ils ont ajouté que s’il ne le fait pas, ils vont lui envoyer les troupes de la CEDEAO, (rires)? », a confié le juriste.

Me Abdoulaye Tine qui rappelle le contexte qui a prévalu à la déposition de ce recours, précise que c’est un combat acquis d’avance, mais les perspectives politiques pour l’Union sociale libérale ainsi que tous les partis de l’opposition et de la société civile, c’est de tirer les conséquences de droit par rapport à l’élection de Macky Sall en 2019.   

« L’Union sociale libérale avait saisi la cour de justice de la CEDEAO en décembre 2018 pour demander effectivement l’annulation de cette loi. Parce que nous jugeons que cette loi est contraire au droit de la libre participation aux élections. Ce qui a été confirmé par la Cour. Ce recours déposé au nom de l’Union sociale libérale est soutenu par quarante-trois formations de la société civile et des partis de l’opposition y compris Idrissa Seck. On a obtenu cette annulation, cela dit que c’est une victoire en soi. Parce que la république du Sénégal a été condamnée par la cour de justice de la CEDEAO, qui a constaté que cette loi viole les engagements internationaux du Sénégal en matière de droit civil et politique, notamment la libre participation aux élections.

Nous, dans l’Union sociale libérale nous avions toujours soutenu même en 2019, que le parrainage ne devrait jamais être mis en place. Parce que nous pensions que ce n’était pas conforme aux valeurs démocratiques, maintenant l’autre aspect de notre combat, c’est que nous n’allons pas nous arrêter pour l’avenir. Nous allons en tirer les conséquences de droit par rapport à l’élection de Macky Sall en 2019. C’est la motivation principale de notre action. Il a été élu et reconnu par le conseil constitutionnel comme étant le président de la République, maintenant  nous avons une juridiction  supranationale qui nous dit effectivement que la manière dont il a été élu n’est pas conforme », a encore souligné Me Abdoulaye Tine...
Mercredi 28 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :