Recrudescence des cas de noyades : « Il n’y a pas de plages interdites, des dispositifs de sécurité seraient un début de solution » (Ibrahima Fall, président des maîtres-nageurs)


56 cas enregistrés en 2019, le bilan des cas de noyade s'alourdit en 2021 alors qu’on n'est qu’en début de vacances. Et même si l’on n’a noté un état stationnaire pendant une année, Covid-19 oblige, il n'empêche que 12 cas de noyade ont été enregistrés ce week-end, dans la soirée du dimanche, où la mer a encore englouti des vies.

Une marée haute surprenante a frappé fort à la plage de Malika, causant la mort par noyade de 15 personnes dont 5 retrouvées et 9 disparus. Des chiffres provisoires, selon Ibrahima Fall, le président de l’Association des maîtres-nageurs.

Toutefois, ce drame n’est nullement une surprise pour monsieur Fall, qui déplore le comportement laxiste des autorités étatiques concernant certaines plages de la ville, très prisées. « Les plages constituent des lieux très convoités en cette période de l’année. En effet, ce lieu de détente doit être sécurisé pour assurer la protection de toute personne qui les fréquente. Et par protection, il faut comprendre déployer des professionnels aptes à surveiller et à secourir en cas de problème. »

Pour ce qui est des plages à fréquentation autorisée ou interdite, les populations tiennent en compte de moins en moins ces paramètres. D’autant plus que la plupart de ces lieux de détente jadis publics et accessibles sont à présent vendus et privatisés. Et pour ces raisons, beaucoup sont obligés de se rabattre sur les plages supposées interdites.  « Si l’État ne prend pas des mesures, la situation risque de s’aggraver. Déjà ces plages dites interdites ne le sont pas vraiment. C’est nous qui sommes experts en la matière pour en juger, et non eux. Il faut juste faire preuve de responsabilité et déployer du personnel qualifié sur place pour encadrer et orienter les personnes.

Ce programme est déjà entamé par la mairie de Dakar qui a déployé des équipes de maîtres-nageurs et sauveteurs dans 26 plages de la ville.

D’ailleurs, pour une énième communication sur le sujet, l’Association des maîtres-nageurs, sauveteurs et surveillants de baignade au Sénégal, convoque une conférence de presse mercredi prochain afin d’établir le bilan officiel concernant ces noyades survenues dernièrement.
Lundi 14 Juin 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :