Recalés au parrainage : Les candidats aux fichiers inexploitables « déverrouillent » leurs clés


L'Alliance des Candidats aux Fichiers jugés Inexploitables (ACFI) est lancée pour attirer l'attention sur ce qu’elle considère comme un manque de transparence et d'inclusivité du processus électoral en cours. En effet, il s’agit d’une entité composée de 7 candidats recalés lors de la première étape de contrôle des parrainages à l’issue de laquelle leurs fichiers de parrainages n’ont pu être vérifiés. Il s’agit de Malick Gueye , Coalition MALICK GUEYE 2024 / NATANGUE SENEGAL, de Mouhamadou Lamine Gueye, candidat indépendant, de Adama FAYE, Coalition ADAMA PRESIDENT, de Mouhamadou Madana KANE, Coalition DUNDU, de Thione NIANG, Coalition JEUF AK THONE NIANO, de Mouhamadou Fadel KONE, Coalition KONE 2024 et de Oumar SYLLA, candidat indépendant. 



L’objectif est clair pour Madani Kane et ses compagnons, « se battre pour que la commission de Contrôle des Parrainages les rétablisse dans leurs droits à être contrôlés ». 

Ils considèrent que le non-traitement des fichiers de parrainage des candidats ne se justifie ni juridiquement ni techniquement, un plan comportant une série d'actions de sensibilisation et de protestation a été initié. « C’est un processus biaisé par plusieurs carences. Aussi, l'appréciation du caractère « inexploitable » des fichiers de parrainage ressort d'une analyse unilatérale de la commission de contrôle des Parrainage » s’indigne  l’Alliance des candidats aux fichiers jugés inexploitables (ACFI) 



Dans le cadre de son plan d'action, l'ACFI prévoit de déposer un recours collectif auprès du conseil constitutionnel et d'autres actions de protestation suivront et seront communiquées ultérieurement en fonction de la réaction de la commission de contrôle.



Certains  candidats ont pris la parole lors de ce point de presse ce lundi. C’est notamment le cas du candidat indépendant, Mouhamadou Lamine Gueye qui dénonce la méthode du contrôle avec l’informaticien qui vient de la DGE. « C’est une catastrophe de la démocratie sénégalaise… nous interpellons le président du conseil constitutionnel à faire preuve de sagesse…. ». Dans cette même logique, Oumar Sylla, aussi, candidat indépendant à l’élection présidentielle de février prochain a raconté face à la presse, son déconvenue au conseil constitutionnel. « Le jour du dépôt, l’informaticien a tenté de visualiser notre clé et nous avons signifié qu’elle n’est pas exploitable. Nous avons joué notre rôle, mais les questions informatiques ne doivent pas être mises en avant pour éliminer des candidats » regrette le candidat malheureux. 



Tour à tour, ils ont tous rappelé l’engagement à aller jusqu’au bout pour obtenir gain de cause. 





Cheikh S. FALL
Lundi 8 Janvier 2024
Dakaractu




Dans la même rubrique :