Réaménagement de la dette publique africaine : Macky Sall réaffirme « la nécessité de l’extension du moratoire du G20 jusqu’en 2021 »


 Le chef de l’État Macky Sall en France actuellement pour la Rencontre des Entrepreneurs de France a réaffirmé son plaidoyer sur le service de la dette de voir l’extension du moratoire du G20 jusqu’en 2021 alors que de nombreux pays font face à la crise sanitaire de la Covid 19. « Je dois, à ce sujet, saluer le rôle du Président Emmanuel Macron qui a contribué à l’adoption par le G20 d’un moratoire sur le service de la dette jusqu’à la fin de l’année 2020.  C’est une mesure appréciable, mais certainement insuffisante compte tenu de l’impact de la crise sur nos économies », a-t-il d’abord révélé.
« Si je prends l’exemple du Sénégal, d’après nos dernières estimations, notre taux de croissance économique passerait de 6,8% à 1,1%. C’est pourquoi l’Union Africaine souhaite travailler avec les partenaires pour une extension du moratoire du G20 jusqu’en 2021. En effet, à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Je note ainsi, que la règle sacro-sainte de discipline budgétaire selon laquelle le déficit annuel ne doit pas excéder 3% du PIB est aujourd’hui écartée pour faire face à la crise.  C’est dans le même esprit qu’il convient de considérer la question de l’allègement du fardeau de la dette, pour accompagner l’Afrique dans ses efforts de résilience et de reprise de sa trajectoire d’émergence post COVID », a ajouté le Chef de l’État sénégalais.
Avec un montant de 365 milliards de dollars, la dette africaine ne représente que 2 % du volume de la dette mondiale a aussi rappelé Macky Sall qui dénote que (…) en dépit des défis devant nous, les pays africains sont en grande majorité dans une dynamique de construction et de progrès.
Jeudi 27 Août 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :